Aquariophilie Facile
Pas encore inscrit ?
Enregistre toi gratuitement en moins de 2 minutes !
Derniers sujets
Présentation de mon aquarium 54 litresAujourd'hui à 6:50Laroglaiye[RÉSOLU] Pondoire fait maisonHier à 23:48Dim2keSalut ! nouveau membre !Hier à 23:43Dim2ke300l brut aquascapingHier à 23:03Wins3110L Pseudepiplatys annulatusHier à 22:55KracmakPlantes carnivores Hier à 22:53KracmakLes Sens des poissonsHier à 18:58Ph.testMon histoire d'aquariophile !Hier à 18:54Ph.test[HELP] tetra cuivré mange plus, ver?Hier à 18:42Ph.testPrésentation de mon aquarium 25 litresHier à 13:45Laroglaiye[PROJET]300l fait maison biotope Rio tapajos Hier à 13:30ÉrebeDurée de vie d'une lampe 12V de chez ZoluxHier à 13:14Ancistrus[HELP] J'ai des algues en suspensionHier à 12:05G4shrodPositionnement filtreSam 16 Nov 2019 - 23:46AQUA[RÉSOLU] Maman Molly et petits alvinsSam 16 Nov 2019 - 15:25Dim2keDim2ké c'est moi =)Sam 16 Nov 2019 - 14:25MaguySalut a tousSam 16 Nov 2019 - 12:28jedi.6Mon 110.Sam 16 Nov 2019 - 11:58ForgeronLe doigt glacé de la mort (Brinicle)Sam 16 Nov 2019 - 11:51Berenice100Retour d'expérience : AlgExitSam 16 Nov 2019 - 11:42Berenice100[HELP] Identification des plantesSam 16 Nov 2019 - 11:24Fouinyfishroom de 3000L focus sur les habitantsSam 16 Nov 2019 - 11:09Imex CichlidéSetup tupperwareSam 16 Nov 2019 - 11:08Berenice10030L IwagumiSam 16 Nov 2019 - 8:35Laroglaiye[PROJET] Bac communautaire amazonien 900L (Accident de travers)Sam 16 Nov 2019 - 0:24Ph.test[HELP]quel population 240l ?Ven 15 Nov 2019 - 22:38ÉrebeEvolution de mon bacVen 15 Nov 2019 - 20:13G4shrod[Ichtyologie • 2018] Channa stiktos Ven 15 Nov 2019 - 18:36G4shrodÉcrevisse naine et combattant possible ? Ven 15 Nov 2019 - 17:53LaroglaiyeEchantillon gratuit Ven 15 Nov 2019 - 16:40jedi.6crevettes en surfaceVen 15 Nov 2019 - 12:40AQUAChanna worldVen 15 Nov 2019 - 9:13Kracmak
Petites annonces
Galerie


[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty
Les posteurs les plus actifs de la semaine
2 Messages - 100%
Statistiques
Nous avons 747 membres enregistrésL'utilisateur enregistré le plus récent est xeladonf23Nos membres ont posté un total de 35247 messagesdans 1988 sujets
Partagez
Aller en bas
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Lun 7 Oct 2019 - 14:19
Bonjour à Tous,

Certains l'attendaient mais personne n'avait eu le courage de se lancer alors je m'y colle : rédiger un article regroupant les bonnes pratiques à connaitre pour bien débuter en aquariophilie.
Sauf que la tâche est énorme et je ne pourrais pas y arrive seul : je passerais forcément à coté de beaucoup de principes ou d'astuces. Donc j'ai d'abord prévu de faire un sommaire de l'article (je prévois un un article très complet, donc très long) et de détailler les "titres" des différents paragraphes. A vous de me dire si il manque des infos.


Quelques petites règles :

- J'éviterais les principes et les astuces qui font polémiques.
- L'article sera en lien avec Le lexique d'aquariophilie d'eau douce (et surement avec d'autres) donc pas de définition des différents termes cités, mais si il en manque quelques un dans celui-ci, ils pourront être ajoutés.
- Si vous vous sentez d'écrire une partie de l'article, prévenez moi et surtout, ne vous privez pas !
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Lun 7 Oct 2019 - 14:19
Comment bien débuter en Aquariophilie


Les préceptes de l’aquariophile


Préparer le Projet 

1. Choisir le type d’aquarium
a. Les Aquariums naturels (Walstad, ANP,...)
b. Les Aquariums spécifiques
c. Les Aquariums biotopes
d. Les aquariums communautaires
e. Les aquariums Aquascapes

2. Choisir la Population
a. Les différentes strates
b. Les paramètres nécessaires
- Volume
- Température
- Chimie de l’eau (PH, KH, GH, NO2, NO3,...)
- Aménagement
- Paramètres autres
c. La compatibilité des paramètres
d. La compatibilité des caractères
e. Les différents types d’espèces
- Les invertébrés
- les espèces territoriales
- les espèces de banc
- les espèces solitaires
- les espèces "utiles"


3. Choisir l’aquarium
a. Taille
- Volume vs stabilité des paramètres
- Volume brut
- Volume net
- Longueur de nage
- Surface au sol
b. Proportion

4. Choisir le filtre
a. Filtre interne
- Décantation interne
b. Filtre externe
- Décantation externe
c. Filtre exhausteur
d. Filtre cascade

5. Choisir les plantes
a. Les plantes à pousse rapide
- plantes "faciles"
- plantes "exigeantes"

b. Les plantes flottantes
c. La gazonnante
d. Les plantes rouges
e. Épiphytes et mousses
f. Les plantes en trempette
g. Quelques unes des plantes inadaptés aux aquariums

6.Choisir le substrat
a. Substrat nutritif
b. Sol neutre
c. Sol technique
d. Compatibilité avec certaines espèces (faune et flore)

7. Choisir les éléments de décors
a. Décors neutres
b. Tanins
c. Besoins de certaines espèces

8.Choisir l’éclairage
a. Besoins des plantes
b. Puissance nécessaire
c. Couleur de l’éclairage

9.Quel autre matériel est nécessaire
a. Chauffage
b. CO2
- CO2 liquide
- CO2 gazeux (bouteille et artisanal)
- Pastille effervescente
c. Engrais liquide
d. Autre petit matériel
- Tests de l’eau (quels paramètres ? gouttes/bandelettes)
e. Épuisette
f. Raclette
g. Syphon
h. Thermomètre
j. Drop checker


Ou trouver le matériel

1. Particuliers

2. Grandes enseignes

3. Boutiques d’aquariophilie

4. VPC


Mise en eau de l’aquarium

1. Préparer l’Aquarium
a. Nettoyage
b. Mise en eau et tests des joints
c. Emplacement
d. Mise en place

2. Le substrat
a. Nettoyage
b. Mise en place
c. reliefs

3. Le matériel
a. Filtre
b. CO2
c. Chauffage
c. Décors
- Nettoyage
- Mise en place

4. Plantes
- Préparation
- Disposition
- Comment les planter
- Comment les accrocher

5. Eau
- Eau du Robinet
- Eau en bouteille
- Eau Osmosée
- Eau de Pluie
- Mélanges
- Sels minéraux


Cycle de l’azote et Rodage

1. Le cycle de l’azote
a. Combien de temps
b. Peut-on l'accélerer ?
- Bactéries du commerce
- Autres méthodes

2. Différence entre cyclage et Rodage


Introduction de la population


1. Dans quel ordre ?

2. Où se fournir ?
a. Boutique
b. VPC
c. Particuliers
d. Bourses/Clubs

3. Acclimatation

4. Interactions


Et maintenant ?


1. Maintenance au quotidien
a. Alimentation
- Nourriture sèche
- Nourriture congelée
- Nourriture vivante
- Nourriture fraiche
- Recettes maisons
b. Observation
- Hiérarchie
- Interactions intra/inter espèces
- Nourrissage
- Algues
- Maladies


2. Maintenance Hebdomadaire
a. Jardinage
b. Test des paramètres
c. Evaporation
d. Syphon
e. Changement d’eau
f. Nettoyage des décors

3. Activités ponctuelles
a. Nettoyage du filtre
b. Ré-enrichissement du sol
c. Changement de substrat

4. Reproduction


Pour en savoir plus !


Dernière édition par Kracmak le Mer 9 Oct 2019 - 13:52, édité 4 fois
G4shrod
G4shrod
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 1287
Remerciements : 261
Date d'inscription : 03/06/2019
Age : 15
Localisation : Toulouse

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Lun 7 Oct 2019 - 21:44
Woaw, tu te lance dans un sacré projet ! 

Si tu as besoin t’aide, notamment sur les plantes, n’hésite pas.
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Lun 7 Oct 2019 - 22:35
Bah déjà si tu vois des parties que j'ai oublié...
G4shrod
G4shrod
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 1287
Remerciements : 261
Date d'inscription : 03/06/2019
Age : 15
Localisation : Toulouse

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Lun 7 Oct 2019 - 22:44
Pour la partie « plante à pousse rapide », tu pourrais peut-être fractionné cette partie en deux avec les plantes exigeantes d’un côté et les plantes peu exigeantes de l’autre. 

Je pars du principe qu’une plante lente compliqué sous de bonnes conditions peut pousser très rapidement, mais au contraire une plante relativement facile mais bourré de carence poussera lentement. 

Après c’est juste un détail et ma vision des choses, et sinon j’ai vraiment rien à redire sur le reste c’est très bien.
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mar 8 Oct 2019 - 9:31
Le but n'est pas de lister la totalité des plantes et leurs besoins mais plutôt proposer une méthode pour choisir les plantes (en fonction de leurs besoin entre autre) et les installer dans l'aquarium

les grandes lignes pour cette partie seraient : choix des plantes adaptées à la taille du bac et aux paramètres, quelques plantes à pousse rapide pour stabiliser le bac, les plantes exigeantes en accès direct à la lumière, bien rincer (et mettre en quarantaine) si elles viennent d'une animalerie pour enlever les engrais et cie, retirer la laine de verre, séparer les stolons, planter en espaçant, etc...

Surement un lien vers la partie des fiches d'aquario flores du forum et l'article sur les plantes à pousse rapide (en expliquant leur intéret)
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mar 8 Oct 2019 - 16:42
Voici une première ébauche des deux premières parties.

Dites moi ce que vous en pensez, et si il manque des choses :


Les préceptes de l’aquariophile


- Lorsqu’on débute, il est important d’avoir une minimum de connaissances théoriques sur le fonctionnement d’un aquarium.
- Faire l’acquisition d’un poisson ou d’un invertébré, c’est prendre un engagement vis à vis de cet animal, de la même façon qu’avec un chat ou un chien : l’engagement de lui fournir de bonnes conditions de vies et de pourvoir à ses besoins spécifiques.
- Toutes les espèces disponibles en aquariophilie d’eau douce n’ont pas les même besoins et le même comportement : il est important de se renseigner sur les espèces qu’on souhaite acquérir pour essayer de l'accueillir dans les meilleurs conditions. Si ce n’est pas possible, alors mieux vaut s’abstenir jusqu’à ce qu’on soit en capacité de le faire.
- L’aquariophilie a un certain coût : le coût est surtout important à la mise en route du projet, mais il arrive parfois qu’il y ai des frais imprévus, même une fois l’aquarium peuplé et rodé. Il est important d’en avoir conscience et être prêt à dépenser l’argent nécessaire à la bonne santé des animaux.


Comment bien débuter en Aquariophilie

Préparer le Projet 

Il est courant quand on débute en aquariophilie que des erreurs soient commises : comme dit le proverbe : “c’est de ses erreurs qu’on apprend”. Sauf que ceux qui payent le prix de ces erreurs, ce sont les poissons la plupart du temps. Il est donc d’autant plus important d’éviter un maximum ses erreurs et le meilleur moyens d’y parvenir, c’est de bien penser le projet avant de le mettre en route et de prévoir son aquarium avant un quelconque achat pour avoir un aquarium sain et stable. Pour pouvoir réaliser ça efficacement, le plus simple est de choisir les différents éléments, dans le bon ordre, en choisissant d’abord la population et en montant le reste du projet autour de cette population pour répondre au mieux à tous ses besoins


1. Choisir le type d’aquarium

a. Les Aquariums Low-techs (Walstad, ANP,...)
Les aquariums dit “low-techs” sont des aquariums qui n’utilisent pas de filtration “active” : le cycle de l’azote (voir plus loin) est différents des aquariums plus “classiques” et l’absence de filtration biologique est compensée par la présence en grande quantité de plantes.
Malgré ce qu’on peut parfois lire, ce type d’aquarium est accessible aux débutants mais demande de se renseigner plus spécifiquement sur ce type d’aquarium.
Est plus adapté pour certaines espèces que pour d’autres et est à éviter en aquarium nano (<60 litres) lorsqu’on débute.
Il existe plusieurs méthodes dans le low tech : Walstad, ANP, Pouvellarium, Crade, etc....

b. Les Aquariums spécifiques
Il s’agit d’un aquarium destiné à accueillir une seule espèce. Ca permet d’adapter le type d’aquarium et l’aménagement pour répondre à des besoins spécifiques (d’où son nom). Peut parfois permettre d’avoir de la reproduction naturelle, aucune autre espèce n’étant présente pour exercer une prédations sur les nouveaux nés.

c. Les Aquariums biotopes.
C’est un type d’aquarium qui a pour objectif de reproduire une région du globe ou un bras de rivière particulier. La contrainte se fait au niveau de l’aménagement, des paramètres, du choix des plantes et/ou de la population.
Plus contraignant qu’un aquarium communautaire.

d. Les aquariums communautaires
C’est le type d’aquarium le plus simple pour débuter : aucune limitation dans le choix des décors plante ou espèces animales. La seule limitation, c’est la compatibilité des espèces entre elles (paramètres et comportement).

e. Les aquariums d’Aquascaping
Ce sont les aquariums les plus coûteux et qui demandent le plus d’entretien quotidien. Dans un bac d’aquascaping, c’est le rendu qui prime : le décors et les plantes sont plus importants que la faune a tel point qu’il arrive souvent que ce type d’aquarium n’accueille pas d’espèces animales.
L’aquascaping est une discipline artistique qui s’est créée au sein du hobby et qui consiste souvent à reproduire des paysages  (pas forcément aquatiques) dans un aquarium.
Il existe plusieurs courants d’aquarium d’aquascaping, la plupart très codifiés : Hollandais, Iwagumi, etc…
Ce type de bac nécessite souvent un minimum d’expérience dans sa maintenance et son entretien et est donc déconseillé aux débutant, bien qu’ils ne soient pas non plus hors de porté.
Ghost
Ghost
Membre : Actif
Membre : Actif
Masculin Messages : 253
Remerciements : 18
Date d'inscription : 05/07/2019
Age : 29
Localisation : Pas de calais

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mar 8 Oct 2019 - 21:50
C'est une très bonne idée. Vas jusqu'au bout et pourquoi pas préparer un manuel illustré
G4shrod
G4shrod
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 1287
Remerciements : 261
Date d'inscription : 03/06/2019
Age : 15
Localisation : Toulouse

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mar 8 Oct 2019 - 21:53
Un livre aquariophiliefacile, c’est vrai que ça serait la classe !
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mer 9 Oct 2019 - 9:02
Je vais déjà essayer de mener le projet au terme et correctement.

J'essayerais de mettre quelques illustrations dans l'article.
AQUA
AQUA
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 1924
Remerciements : 410
Date d'inscription : 05/12/2018
Age : 15
Localisation : Nord-Pas-de-Calais (Ch'ti biloute)
https://www.youtube.com/channel/UC4l96Np3Uv68ne0DCe25crA?view_as=subscriber

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mer 9 Oct 2019 - 12:31
Je ferais un max de choses pendant les vacances.
Tu veux pas plutôt le faire sous forme de Google doc  (ça nous permet de travailler ensemble à distance) ? Après on peut faire un copier-coller sur le forum ou bien faire un PDF.

_________________________________________________
Mr RécifCaptif a écrit:En aquariophilie, il n'y a pas de question bête. Il n'y a que les réponses qui peuvent l'être.

Chaîne YouTube aquariophilie partenaire du forum : https://www.youtube.com/channel/UC4l96Np3Uv68ne0DCe25crA?view_as=subscriber
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mer 9 Oct 2019 - 12:46
Je travail toujours sous forme de google doc. Je peux te donner l'accès si tu veux

C'est juste un peut compliqué car l'éditeur du forum ne reconnais pas la mise en forme de google doc
melcki
melcki
Membre : Actif
Membre : Actif
Masculin Messages : 377
Remerciements : 95
Date d'inscription : 08/03/2019
Age : 30
Localisation : Abeilhan

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mer 9 Oct 2019 - 13:37
Des parties que je propose en plus :
Références (pour referencer des sources internet, livres, etc...)
Maladies et traitements
Outils utiles (la liste de ph test)
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mer 9 Oct 2019 - 13:51
@melcki a écrit:Des parties que je propose en plus :
Références (pour referencer des sources internet, livres, etc...)
Maladies et traitements
Outils utiles (la liste de ph test)
Ok je vais voir ou rajouter tout ça

Pou les outils, je les dispatcherais là ou ils sont pertinents ("entretien quotidien" pour la fertilisation,...)
Kemartkl
Kemartkl
Membre : Actif
Membre : Actif
Masculin Messages : 286
Remerciements : 47
Date d'inscription : 30/05/2019
Age : 30
Localisation : Paris

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mer 9 Oct 2019 - 15:45
Je veux bien filer un coup de main si besoin ! Mais l etendue de les connaissances etant limitée je peux offrir mes services pour faire une correction par exemple Smile
AQUA
AQUA
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 1924
Remerciements : 410
Date d'inscription : 05/12/2018
Age : 15
Localisation : Nord-Pas-de-Calais (Ch'ti biloute)
https://www.youtube.com/channel/UC4l96Np3Uv68ne0DCe25crA?view_as=subscriber

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mer 9 Oct 2019 - 17:39
Réputation du message : 100% (1 vote)
Je pense vraiment qu'il serait mieux de faire ça sous forme de pdf : ça permettrai de mettre des images et de faire une mise en page plus ludique. Après on a plus qu'à poster l'article avec le lien du pdf.
Je veux bien avoir l'accès au document mais je t'enverrai le nom de mon Google par mp  (donc pas maintenant). De plus avant de rédiger il faudrait qu'on se répartisse les tâches.
Ne pas oublier la bibliographie à la fin ainsi que les noms des contributeurs.
Pour la correction, je pense qu'on fera ça à plusieurs, à tour de rôle.
Qu'en pensez-vous ? Quitte à faire un super truc, autant qu'il soit super ! (Arrêtez de me le cacher, je sais très bien que vous êtes tous morts de rire).

_________________________________________________
Mr RécifCaptif a écrit:En aquariophilie, il n'y a pas de question bête. Il n'y a que les réponses qui peuvent l'être.

Chaîne YouTube aquariophilie partenaire du forum : https://www.youtube.com/channel/UC4l96Np3Uv68ne0DCe25crA?view_as=subscriber
Ph.test
Ph.test
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 1736
Remerciements : 509
Date d'inscription : 04/01/2019
Age : 42
Localisation : Caen

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mer 9 Oct 2019 - 18:46
Cette premiere ébauche est pas mal du tout Pouce

Pour le type d'aquarium, j'aurai mis le (c. Les Aquariums biotopes) dans le paragraphe (e. Les aquariums Aquascaping)

Meme si celui ci est beaucoup moins populaire que le style Hollandais ou naturel.

_________________________________________________
" On n'enseigne pas aux poissons à nager. "
Ghost
Ghost
Membre : Actif
Membre : Actif
Masculin Messages : 253
Remerciements : 18
Date d'inscription : 05/07/2019
Age : 29
Localisation : Pas de calais

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mer 9 Oct 2019 - 19:29
+1 pour @AQUA tant qu'à faire ! Créer un manuel illustré en PDF.
Ceux qui veulent aider @Kracmak lèvent la main 🙋
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Jeu 10 Oct 2019 - 9:26
Pour l'instant, ma bibliographie se résume à mon expérience (enfin, surtout mes échecs) et mes lectures sur différents forums.

je vais citer les principales encyclopédies en ligne et, lorsque je citerais un site internet, je créerais directement un lien cliquable dans le paragraphe plutôt que de le rajouter en bas de page. je trouve ça plus juste.

Si vous avez de la litterature, je suis preneur.

Je n'ai intentionnellement pas consulté d'autres guide pour débutants, pour ne pas faire une Nième copie de ce qui existe déjà.

PS : Ok Pour le PDF illustré, mais à l'unique condition de n'utiliser, que des photos de nos propres aquariums, donc tous à vos appareils photos
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Jeu 10 Oct 2019 - 11:52
La suite ! N'hésitez pas à faire des remarques


2. Choisir la Population

Choisir la population doit être la première étape dans l’acquisition de son premier aquarium. C’est en effet cette population qui vas définir la taille minimum de la cuve, et parfois d’autres éléments “matériels” comme le substrat, les décors, les plantes,...
La population peut se limiter à une seule espèce, voir à un seul individu, ou représenter plusieurs espèces. Dans ce cas, il faut savoir si les espèces peuvent cohabiter et quel est le nombre d’individu nécessaires pour chaque espèce pour une cohabitation optimale. Ce nombre est souvent un minimum ou un maximum en fonction du type d’espèce et de son caractère.
Pour connaître les besoins spécifiques de chaque espèce, vous pourrez vous référer à des encyclopédies en ligne ou à des forums.
Les plus connus sont :

fishpedia.fr
aquachange.fr
aquaportail.com
fishfish.fr

Les livres sur l’aquariophilie datent pour beaucoup des années 70-80 et sont souvent obsolètes, le lobby ayant évolué grâce à internet et au partage d’informations facilités entre communautés du monde entier.
Les encyclopédies en lignes ne sont pas toujours d’accord sur les conditions de maintiens et peuvent proposer des différences. C’est pourquoi, il est important de croiser les informations et, si possible, de se renseigner auprès d’un passionné qui maintient et reproduit l’espèce en question.

a. Les différentes strates

Il est coutume de dire en aquariophilie qu’il existe 3 strates et que chaque espèce a une strate préférée dans laquelle elle évolue principalement : le sol, la surface et la strate intermédiaire (aussi appelé plan médian).
Certains vendeurs en animalerie ou passionnés sur les forums ont l’habitude de dire qu’il est possible de faire cohabiter des espèces si elles n’évoluent pas dans la même strate. C’est vrai, mais en partie seulement : en effet nos aquarium ne sont pas représentatifs du milieu sauvage. Une espèce comme le poisson hachette (Carnegiella Strigata) qui vit à la surface du fleuve amazone faisant, au bas mot, plusieurs mètres de profondeurs ne rencontrera certainement jamais de Corydoras Aeneus, qui lui, vit dans les strates les plus basses, alors qu’ils partagent le même habitat. Dans ce cas, pas besoin de se soucier des interactions qu’ils pourraient avoir.
Mais dans nos aquariums qui dépassent rarement 50 cm de hauteur, maintenir ces deux espèces ensemble implique un nombre important d’interactions, et il est alors important de savoir comment réagissent les deux espèces lorsqu’elles se rencontrent.
Il est coutume de dire qu’un Aquarium de moins de 30 cm de hauteur ne contient que 2 strates : le sol et le plan médian/surface car la hauteur ne permet pas que ces deux dernier soient distinctes et une espèce évoluant dans l’un débordera forcément dans l’autre.
Autre habitude : Il est souvent déconseillé de faire cohabiter deux espèces évoluant dans la même strate si l’aquarium fait moins de 120 cm de long. Bien sûr ce n’est pas une règle absolue et il existe de nombreuses exceptions.


b. Les paramètres nécessaires

- Volume : Pour chaque espèce, un volume a été déterminé par la communauté de passionnés en se basant sur les besoins de l’espèce et l’expérience des aquariophiles qui ont maintenus et reproduits l’espèce. Ce volume est un minimum strict et correspond souvent à une maintenance en spécifique : si on souhaite faire cohabiter l’espèce avec d’autres il sera parfois nécessaire d’augmenter le volume minimum.
Ce volume ne correspond pas toujours à une “quantité d’eau” qu’on alloue au poisson : il peut s’agir par exemple d’une longueur de nage disponible pour les espèces ayant besoin de se dépenser ou d’une surface au sol dénuée d’obstacles pour des  espèce fouisseuse.
Pour plus de détails sur le déterminisme du volume minimum pour une espèce, vous pouvez vous reporter à un article qui lui a été dédié.

- Température : Les fiches des encyclopédies vous donneront souvent un gradient de température à maintenir pour le bien être de l’espèce. La température dans le bac doit être maintenue dans cette fourchette de température, la plupart des espèces ne supportant des plages de températures plus larges que pour de courtes périodes (voir pas du tout pour des espèces fragiles).
On distingue généralement 3 catégories  : les poissons d’eau froide (T° inférieur à 18°C), ceux d’eau fraîche (T° entre 18 et 24 °C) et ceux d’eau chaude (T° entre 25 et 28°C)

Bien que les températures puissent varier dans la nature entre le jour et la nuit, il est déconseillé de reproduire ce processus en captivité. En effet, la plupart des souches qu’on retrouve sont des lignées maintenues en captivité depuis des générations et habitués à une température constante.
Cas particulier : il peut être intéressant, pour certaines espèces, de varier la température de quelques degrés en fonction des saisons pour représenter une saison des pluies, souvent associée à la période de reproduction pour l’espèce en question.

- Chimie de l’eau (PH, KH, GH, NO2, NO3,...) : Il s’agit des paramètres physico-chimiques que le poisson peut supporter correctement. Ils diffèrent en fonction des espèces, chacune étant adaptée aux caractéristiques qu’on retrouve dans leur milieu naturel. Pour la Plupart des espèces, les caractéristiques qui diffèrent sont le PH, le GH et l’O2. Concernant les autres caractéristiques (NO2, NO3, Cl2, …) ils devront être le plus proche de 0 possible, chaque espèce supportant jusqu’à une concentration différente en fonction du paramètre concerné et de l’individu.

- Aménagement : La plupart des espèces s’épanouissent mieux si elles sont maintenue dans un espace bien aménagé. L’aménagement nécessaire dépend, là encore du milieu dans lequel on les retrouve à l’état sauvage. par exemple, des espèces évoluant dans les rizières et les marécages comme les bettas préfèrent une végétation dense et un courant quasi-inexistant. A l’inverse, la plupart des corydoras évoluent dans le lit d’une rivière, passant de plage immergée en plage immergée : Ils préfèrent donc des sols de sable fin dépourvus d’obstacles et de plantes et parcourus par un peu de courant.

- Paramètres autres : il existe d’autres paramètres qui, s'ils sont respectés, peuvent faciliter la maintenance d’une espèce. Par exemple, la caridina Dennerli, une petite crevette d’eau douce de sulawesi, se nourrit en partie des déjections du tylomelania, un escargot qui partage son habitat. Ces déjections ne sont pas vitales à sa survie, mais il semblerait qu’il permet d’avoir des individus plus prolifiques et plus résistants.

c. La compatibilité des paramètres

Lorsqu’on décide de faire cohabiter plusieurs espèces ensembles, il est important de vérifier que toutes les espèces partagent une plage de paramètres communs. Si l’un des paramètres n’est pas compatible, cela rend la cohabitation impossible car il est important de subvenir à TOUS les besoins des habitants de l’aquarium.
Il est aussi important que les poissons ne soient pas compatible uniquement dans leurs valeurs les plus extrêmes : Si une espèce supporte une eau avec un PH entre 5 et 7 et une autre un PH entre 7 et 9, ils peuvent théoriquement se retrouver ensemble si l’eau a un PH de 7. Mais cette valeur étant la plus acide pour l’un et la plus basique pour l’autre, il s’agit des valeurs maximum/minimum que supporte l’espèce et, pour une maintenance à long terme, ce ne serait bon ni pour l’une ni pour l’autre.
Remarque : il ne faut pas partir du principe que, si deux espèce appartiennent au même biotope, elles sont forcément compatibles. Un biotope peut d’étendre sur des surface immenses et présenter des eaux aux propriété différentes. L’exemple le plus courant est le guppy qui, malgré qu’il soit un poisson amazonien, vis dans des eaux inadaptées à la plupart des autres poissons amazoniens. A l’inverse, il est possible que des espèces originaires des deux extrémités du globe puissent supporter les mêmes paramètres

d. La compatibilité des caractères

Une fois que vous avez vérifiés que toutes les espèces peuvent vivres avec des paramètres communs vous devez vous renseigner si ils peuvent cohabiter pacifiquement sans risque pour au moins une des deux espèces. La seule façon de connaître la réponse, c’est de demander l’avis d’éleveurs qui ont déjà eu une expérience avec ces espèces, soit en parcourant des articles et posts sur les forums, soit en leurs présentant votre projet pour qu’ils jugent de sa viabilité. Ce qui pose généralement problème, c’est une différence de taille trop importante, ou la présence d’une espèce territoriale dans un volume trop restreint. 
Certaines espèces sont plus adaptées à une maintenance en captivité en aquarium spécifique et dans ce cas, il ne faut pas espérer les voir s’épanouir dans un bac communautaire.

e. Les différents types d’espèces
- Les invertébrés
Crevettes, écrevisses, crabes ou escargots ce sont les détritivores de nos aquariums. Encore peu connus il y a quelques années, leur popularité ne fait qu'accroître ces derniers temps et ils deviennent peut à peut un indispensable d’un aquarium en bonne santé.
Plus sensibles que les poissons aux changements brutaux de paramètres, leur acclimatation doit être faite méticuleusement sous peine de perdre une partie des individus à la prochaine mue.
- Les espèces territoriales :
il s’agit souvent d’espèces à maintenir seules ou en couple. Les individus vont s'octroyer une partie de l’aquarium, que ce soit une surface au sol, en surface ou un volume net. Souvent, le territoire se répartis autour d’un élément de décors stratégique ce qui permet, en aménagement intelligemment l’aquarium de définir l’endroit du bac qui servira de territoire. Il arrive que certaines espèce se définissent un territoire qu’au moment de la reproduction.
- Les espèces de banc :
Ce sont des espèces qui ne se plaisent que s’ils sont maintenus avec beaucoup de leurs copains. Dans la nature, on le retrouve souvent en banc de centaines voir milliers d’individus, donc inutiles d’espérer les maintenir à 2 ou 3 dans nos décors artificiels.
- Les espèces solitaires : il s’agit des quelques espèces qui doivent être maintenus seuls car ils ne supportent ni leurs congénères, ni les autres espèces. On y retrouve principalement les grands prédateurs et quelques poissons territoriaux très agressifs.
- Les espèces “utiles” : ce terme est à bannir de notre vocabulaire : il s’agit des pseudo “laveurs de vitres”, “poissons nettoyeurs”, “anti algues”, “anti escargots” et cie. On retrouve dans cette catégorie la plupart des loricariidés, des challichthidés (corydoras) et des crevettes et escargots d’eau douce. En réalité, la plupart de ces espèces, n’ont qu’une efficacité limitée dans l’entretien d’un aquarium et permettent rarement de régler un problème existant.
Malgré ça c’est espèces restent fascinantes à maintenir et à observer, donc leur acquisition reste une bonne idée mais pas dans le but de faciliter la tâche de d’aquariophile.
AQUA
AQUA
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 1924
Remerciements : 410
Date d'inscription : 05/12/2018
Age : 15
Localisation : Nord-Pas-de-Calais (Ch'ti biloute)
https://www.youtube.com/channel/UC4l96Np3Uv68ne0DCe25crA?view_as=subscriber

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Jeu 10 Oct 2019 - 13:04
Bien sûr ! J'ai eu mon premier reflex avec des objectifs normaux et macros alors...
Very Happy Very Happy Very Happy

Mais j'attends les vacances parce que là en seconde on dort pas...

_________________________________________________
Mr RécifCaptif a écrit:En aquariophilie, il n'y a pas de question bête. Il n'y a que les réponses qui peuvent l'être.

Chaîne YouTube aquariophilie partenaire du forum : https://www.youtube.com/channel/UC4l96Np3Uv68ne0DCe25crA?view_as=subscriber
DoubleGeek
DoubleGeek
Membre : Occasionnel
Membre : Occasionnel
Masculin Messages : 30
Remerciements : 10
Date d'inscription : 03/10/2019
Age : 39
Localisation : Alsace
https://www.instagram.com/doublegeek/https://www.youtube.com/user/DoubleGeekTV/videos?view_as=subscriberhttp://www.doublegeek.fr/

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Jeu 10 Oct 2019 - 15:50
Quel MAGNIFIQUE projet !!! affraid Plus complet on peut pas faire je pense .... Je n'ai malheureusement pas assez de connaissances pour te venir en aide pour ma part, mais c'est un article qui va grandement aider les débutants, et donner l'envie aux autres comme moi de refaire un bac .... Rire
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Ven 11 Oct 2019 - 14:00
Réputation du message : 100% (1 vote)
@DoubleGeek a écrit:Quel MAGNIFIQUE projet !!! affraid Plus complet on peut pas faire je pense .... Je n'ai malheureusement pas assez de connaissances pour te venir en aide pour ma part, mais c'est un article qui va grandement aider les débutants, et donner l'envie aux autres comme moi de refaire un bac .... Rire

Pas de soucis si tu n'as pas les connaissance, si tu peux déjà me relire pour corriger les coquilles ou les fautes de français, ça m'aide parce qu'à force de me relire, j'ai les yeux qui piquent.

D'ailleurs ceux qui débutent peuvent aussi participer si il y a un conseil qui les a bien aidés à se lancer, c'est important de la partager pour qu'il serve à d'autres

Ou même si vous avez des belles photos de vos bacs et de vos protégés, partagez les pour les intégrer au document final (je vais ouvrir un post pour les partager)
AQUA
AQUA
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 1924
Remerciements : 410
Date d'inscription : 05/12/2018
Age : 15
Localisation : Nord-Pas-de-Calais (Ch'ti biloute)
https://www.youtube.com/channel/UC4l96Np3Uv68ne0DCe25crA?view_as=subscriber

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Ven 11 Oct 2019 - 14:33
Réputation du message : 100% (1 vote)
Pourquoi pas ajouter une petite section témoignage de néophytes ?

_________________________________________________
Mr RécifCaptif a écrit:En aquariophilie, il n'y a pas de question bête. Il n'y a que les réponses qui peuvent l'être.

Chaîne YouTube aquariophilie partenaire du forum : https://www.youtube.com/channel/UC4l96Np3Uv68ne0DCe25crA?view_as=subscriber
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Ven 11 Oct 2019 - 15:15
Oui une rubrique "trucs et astuces" à la fin qui regrouperait les petites astuces qu'ont les uns et les autres.
DoubleGeek
DoubleGeek
Membre : Occasionnel
Membre : Occasionnel
Masculin Messages : 30
Remerciements : 10
Date d'inscription : 03/10/2019
Age : 39
Localisation : Alsace
https://www.instagram.com/doublegeek/https://www.youtube.com/user/DoubleGeekTV/videos?view_as=subscriberhttp://www.doublegeek.fr/

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Sam 12 Oct 2019 - 0:01
Merci pour ton retour @Kracmak effectivement on peut aider a tout les niveaux, même si on a très peu de connaissances, parfait pour la rubrique avec les photos, j'essaye de poster ça d'ici la fin du week-end. smile
@AQUA Cela peut-être une bonne idée également pour cette rubrique néophytes Pouce
Ph.test
Ph.test
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 1736
Remerciements : 509
Date d'inscription : 04/01/2019
Age : 42
Localisation : Caen

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Sam 12 Oct 2019 - 12:53
terme à bannir de notre vocabulaire : il s’agit des pseudo “laveurs de vitres”, “poissons nettoyeurs”, “anti algues”, “anti escargots” et cie

J'adore cette phrase Smile .

Generalement se sont les non aquariophile qui te l'a sorte.

Ont me l'a encore sortie dernierement Evil or Very Mad .

_________________________________________________
" On n'enseigne pas aux poissons à nager. "
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Lun 14 Oct 2019 - 16:44
Vous m'excuserez mais j'avais vraiment pas le courage de supprimer toutes les balises que le forum ne reconnais pas, vu que ça n’empêche pas la compéhension :


3. Choisir la cuve

a. Taille

- Volume vs stabilité des paramètres :
Pour avoir un aquarium viable, il faut des paramètres stables. Il est admis que, plus l’aquarium a une capacité importante, moins il est sujet à des variations de ses paramètres. Il est donc déconseillé aux débutants de commencer avec un aquarium nano qui sera plus difficile à stabiliser et à peupler. Un Aquarium d’un volume brut (voir plus loin) d’au moins 100 litres est recommandé car le volume permet d’encaisser certaines petite erreurs que pourrait commettre un aquariophile à ses débuts.
- Volume brut : il s’agit du volume totale de la cuve. Ce volume, souvent exprimé en litres,  peut être facilement calculé en multipliant la longueur par la largeur par la hauteur et en divisant le tout par 1 000 : (Lxlxh)/1000 = Vbrut (en L)
- Volume net : C’est la quantité réelle d’eau de contient l’aquarium. Il n’est pas équivalent au volume brut car il faut retirer la place que prend la technique (filtre, chauffage, etc…), le substrat, les décors et le fait qu’on ne remplis pas l’aquarium à raz bord. Tout ça fait qu’on considère souvent, que le volume net équivaut à  environ 70-80 % du volume brut.
Il est possible de connaître le volume net exacte lors du remplissage initial, en utilisant par exemple des bidons dont on connaît la contenance.
il est important de connaître le volume net, car c’est celui ci qui sera utile pour calculer une population, un changement d’eau ou le dosage d’un produit (traitement, sels reminéralisant, fertilisation,...)
- Longueur de nage : utile pour le maintien de certaines espèces il s’agit de la plus grande distance entre deux bords dans l’aquarium (correspond souvent à la longueur de la cuve).
- Surface au sol : pour certaines espèces, on parle plutôt de surface disponible que de volume minimum. la surface nécessaire peut être au sol pour les poissons de fond ou à la surface pour les poissons de surface. Pour calculer la surface disponible, il suffit de multiplier la longueur par la largeur du bac.
Remarques : certaines espèces nécessitent une surface au sol “dégagée” : il s’agit souvent d’un banc de sable ou autre sans plantes ni éléments de décors pour que les poissons puissent y fouiller sans être gênés.

b. Proportion

Il existe des bacs de toutes les dimensions  et de tous les volumes: rectangulaires plats, cubes, colonnes, cylindres, etc… Les proportions du bac peuvent parfois avoir un intérêt pour certains bacs : par exemple, les cuve tartariums (faite pour les tortues aquatiques) qui ont peut de hauteur, peuvent suffir pour la plupart des espèces évoluant au sol tant qu’elles ne partagent pas leur aquariums avec d’autres espèces évoluant dans les strates supérieures. Cependant, ce type d’aquarium peut représenter un difficulté supplémentaire pour le décorer et le planter, limitant le choix de plantes disponibles.

Le plus simple, pour débuter, est de partir sur un bac aux dimensions “standards” de proportions 2x1x1 : ce seront les plus simple à aménager et à peupler.
Evitez les bacs cylindriques ou en colonnes en premier bac, ils nécessitent un peu plus d’expérience pour être correctement peuplés et entretenus.

4. Choisir le filtre

Dans un aquarium classique, le filtre représente le coeur de l’aquarium. Il sert à brasser l’eau et à la débarrasser de la plupart des polluants que produisent les habitants. Son choix, sa mise en place et son entretien doivent être rigoureux, la moindre erreur pouvant avoir des répercussions dramatiques sur l’équilibre de l’aquarium et la santé de ses habitants.

a. Comment fonctionne un filtre

Un filtre, est un élément de l’aquarium généralement composé d’un contenant destiné à accueillir les masses de filtrations et d’un système électrique destiné renouveler l’eau qui circule entre les masses de filtration.
Pour une bonne filtration, le débit de la pompe (exprimé en L/h) doit être d’au moins 5 fois le volume net. La quantité de média filtrant nécessaire dépendra bien sûr de la taille du bac et de la population : en effet, certaines espèces sont réputés plus polluantes que d’autres.
Il existe trois niveaux possibles de filtration :

- La filtration mécanique : c’est le niveau de filtration le plus simple à comprendre : on fait passer l’eau dans une matière poreuse mais au maillage serré (ouate, mousse,...) dans le but que les plus grosses particules s’y retrouvent coincés. Il suffit ensuite de changer la masse de filtration ou de la rincer pour éliminer ces déchets de l’aquarium.
- La filtration biologique : La plus important. L’équilibre de l’aquarium en dépend en grande partie. Il s’agit de masses poreuses placées dans le filtre, et régulièrement alimentée en eau en provenance de l’aquarium. L’objectif est de laisser ces masses se faire coloniser par des bactéries nitrobacters et nitrosomonas. Ce sont ces bactéries qui permettront de transformer les substances nocives issues de la dégradation des déchets en substances moins nocives pour ses habitants. Ces bactéries étant aérobies, elles sont besoins d’être régulièrement alimentée en eau neuve, riche en oxygène pour ne pas mourir. C’est la raison pour laquelle un filtre ne doit jamais être éteint plus de quelques minutes, pour ne pas détruire la colonie de bactéries mise en place.
- La filtration chimique : pas toujours présente. Il s’agit de matériaux actifs qui vont agir sur la chimie de l’eau. Ils ont souvent un effet limité dans le temps, et doivent alors être enlevés ou remplacés. Ce type de filtration n’a pas forcément besoin de se trouver dans le filtre, exposé au courant

b. Les filtres internes

Les filtres internes sont des systèmes mobiles qui se placent à l’intérieur de la cuve. Les plus courant sont ceux vendus avec les kits mais leur débit est souvent insuffisant et la quantité de média filtrant trop peu importante. De plus, ces petits filtres sont souvent conçu pour être utilisé avec des cartouches vendus par le constructeur et à renouveler régulièrement, ce qui rend l’aquariophile dépendant des consommables vendus par la marque. Ces filtres sont aussi peu pratiques pour l’entretien et peu fiable sur leur longévité. Donc même si ils sont souvent vendus avec la cuve dans les kits “tout en 1” et qu’ils peuvent être suffisants dans un premier temps, il vaut mieux prévoir de le changer rapidement pour un modèle plus pratique et plus efficace.

- Décantation interne
Les décantations interne sont un type de filtre interne, qui se compose d’une boîte séparée en plusieurs compartiments et alimenté par une petite pompe de remontée. Ce type de filtre permet d'accueillir une plus grande quantité de médias filtrants et de varier les types de filtration. Il est souvent pourvu d’un accès par le dessus qui rend son accès et donc son entretien très simple.
- filtre exhausteur : le filtre exhausteur est une mousse traversée par un tube percé et généralement alimenté par une pompe à air ou un compresseur. L’eau entre dans le filtre par la mousse et est chassée à l’autre extrémité du tube par le bulles d’air qui remontent à la surface en entraînant l’eau avec elles. Ce type de filtration très simple est réservé à des petits bacs accueillant des espèces peu polluantes et préférant une eau sans courant et bien oxygénée. On les retrouve principalement dans les batteries d’aquariums des éleveurs de crevettes, bettas ou killis.

c. Filtre externe

il s’agit d’un système de filtration situé à l’extérieur de la cuve. L’eau est aspiré à traver un tuyau ou déborde dans une déverse et est ensuite ramené dans l’aquarium soit grâce à une pompe puissante, soit grâce à un système de trop plein. L’avantage de ce type de filtre est de pouvoir avoir une contenance importante sans perte de place dans l’aquarium. Ils sont aussi plus faciles d’accès, ce qui facilite leur entretien.
- Filtre cascade: le filtre cascade est un petit filtre externe qui enjambe la vitre de l’aquarium. L’eau est aspirée par une pompe de remontée , remplit un réservoir et déborde dans un rampe pour retomber en cascade dans l’aquarium. Ce type de filtre a l’avantage de ne pas prendre de place ni dans l’aquarium, ni en dehors. Il produit très peu de courant, ce qui est adapté pour certaines espèces mais le rend peu efficace dans des bacs autres que des nanos. le fait qu’il se place sur le bord d’une vitre le rend incompatible avec l’utilisation d’un couvercle hermétique. 
- Décantation externe: la décantation externe est une méthode de filtration très efficaces mais aussi très coûteuse en matériel, adaptée à des très gros aquariums peuplée d’espèces très pollueurs. Généralement, l’eau entre dans le filtre par une déverse fixée dans l’aquarium et se retrouve dans une autre cuve compartimentée où elle subit différents types de filtration avant de retourner dans l’aquarium via une pompe de remontée.
On retrouve aussi souvent des décantations externes dans des aquariums récifaux et des bassins d’extérieur.

5. Choisir les plantes

Avoir de vrais plantes dans un aquarium a plusieurs avantages :

  • le premier est esthétique : de vrais plantes en bonne santé ajoutent à la beauté d’un aquarium, si bien que certains préfèrent des aquariums uniquement peuplés de plantes et de crustacés
  • Le deuxième concerne la santé globale de l’aquarium : les plantes ont plusieurs rôles dans la bonne santé d’un aquarium. Elles servent de support bactérien (on en a jamais assez), consomment une partie des déchets azotés et concurrencent les algues, diminuant le risque d’en voir apparaître.
  • Contrairement à l’idée reçu, les algues n’amènent pas avec eux des algues : les spores peuvent arriver par d’autres biais, et les plantes ont plutôt un rôle d'entrer en concurrence avec elles
  • Les plantes ont aussi un rôle sur le bien être des poissons : en effet, la plupart des espèces présentes dans nos aquarium vivent naturellement le long des berges des cours d’eau ou dans des plan d’eau stagnante fortement végétalisé. Cette végétation dense attire beaucoup de microfaune dont ils se nourrissent et leurs sert à se cacher des espèces prédatrices plus grosses. Elle sert aussi de nurserie aux alevins qui se nourrissent des infusoirs qui s’y développent tout en restant cachés. Ils vont instinctivement s’y réfugier en cas de danger et plus l’aquarium sera végétalisé, plus les poissons s’y sentiront bien.


Le choix des plantes doit, tout comme pour le population, faire l’objet d’une sélection préalable en fonction des paramètres de l’aquarium. Mais les paramètres à prendre en compte ne sont pas les mêmes : les paramètres physico-chimiques ne sont qu’une part négligeable du choix. D’autres paramètres entrent en compte comme le substrat, la fertilisation, l’éclairage, la température et l’apport ou non de CO2.

Il existe plusieurs “catégories” de plantes qui ont souvent des besoins similaires :

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Les plantes à pousse rapide
[/list]
[/list]
Tout est dans le nom : ces plantes ont une bonne vitesse de croissance, faisant d’elles de bon alliés pour lutter contre l’apparition des algues filamenteuse.
dans le cas d’un aquarium low tech, la présence de ces plantes en grande quantité est un des points indispensables pour avoir un aquarium sain
Attention toutefois à ne pas confondre plantes à pousse rapides et plantes faciles à faibles besoins : les premières nécessitent parfois un éclairage puissant ou une fertilisation adaptée.
un liste des espèces (non exhaustive) est disponible en annexe

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Les plantes flottantes
[/list]
[/list]
Ce sont des plantes qui flottent à la surface avec une partie aquatique (racines) pour puiser l’eau et les nutriments et une partie aérienne (feuilles) pour un meilleur accès à la lumière et au CO2. Du fait de leur accès illimité au CO2, ces plantes sont les plus efficaces pour éliminer les nitrates (qui nécessitent du CO2 pour être assimilés par les plantes) et maintenir le taux au plus bas.
Certaines espèces de labyrinthidés se servent des plantes flottantes comme support pour leur nid de bulles lors de la reproduction.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]La gazonnante
[/list]
[/list]
On appel gazonnante les plantes basses couvrantes qui se développent par stolons. Ce sont souvent des plantes prisés des aquariophiles mais difficiles à maintenir. Une bonne lumière est un impératif, pour qu’au moins une partie du flux lumineux arrive jusqu’au sol de l’aquarium. Un système de CO2 liquide ou gazeux  est aussi utile avec ce type de plantes même si certaines espèces peuvent s’en passer sous certaines conditions.
Les gazonnante sont souvent les premières victimes en cas d’invasion d’algues et ce fait, combiné à sa maintenance exigeante, en fait un type de plantes à éviter au démarrage d’un bac lorsqu’on débute. Il sera toujours temps d’en rajouter plus tard, une fois que l’aquarium sera rodé.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Les plantes rouges
[/list]
[/list]
Encore une fois, tout est dans le nom : on appel plantes rouges, les plantes dont les feuilles...sont rouges. Certaines de ces plantes peuvent pousser dans des conditions minimum mais elles présenteront dans ce cas des feuilles très peu colorés. Pour obtenir des feuilles d’une couleur éclatante, il faut lui procurer un éclairage puissant et un apport supplémentaire en fer via une fertilisation quotidienne ou hebdomadaire.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Épiphytes et mousses
[/list]
[/list]
Les plantes épiphytes, sont des plantes qui n’ont pas besoin d’être plantés pour se développer. Elles ont la capacité de se fixer sur un élément de décors comme une roche ou un morceau de bois et de se pousser sur celui-ci.
Certaines de ces plantes (anubias, microsorum, bucephalandra, bolbitis) se développent à partir d’un rhizome central et ce rhizome ne doit pas être enterré ni compressé si on ne veut pas voir la plante dépérir.
Les mousses sont une sorte de plantes épiphytes qui présentent un maillage serré emprisonnant la plupart des particules en suspension dans l’eau. Ca en fait le garde manger des invertébrés qui passent une partie de la journée à démêler les restes de nourriture qui y sont emprisonnés.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Les plantes en trempette
[/list]
[/list]
Ce ne sont pas des plantes aquatiques à proprement parlé mais plutôt des plantes palustres incapable de se développer en immersion totale. Ces plantes doivent être plantées dans l’eau mais avec ses feuilles en dehors de l’eau comme pourraient l’être des roseaux au bord d’un étang. Ce type de plantes nécessite un aquarium ouvert pour laisser la partie émergée se développer. Tout comme les plantes flottantes, elles sont aussi un bon moyen de diminuer le taux de nitrates dans l’eau.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Quelques unes des plantes inadaptés aux aquariums
[/list]
[/list]
Il arrive qu’on trouve en animalerie des plantes maintenues avec les plantes aquatiques mais qui ne supportent pas d’être maintenues en immergées. Ces plantes sont normalement là pour agrémenter des paludariums ou aquariums tropicaux mais il arrive que certains vendeurs ne sachent pas faire la différence et les vendent comme plante d’aquarium. Voici donc un liste des plantes souvent rencontrés et qui ne sont pas adaptées :

  • Toutes les Fittonias
  • Chlorophytum Bichettii
  • Areca Semis
  • Asparagus Falcatus
  • Ophiopogon Japonicus

Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mar 22 Oct 2019 - 11:42
Petite baisse de régime de ma part, je sature un peut.

Heureusement, AQUA est venu me donne un coup de main et c'est une machine de guerre !

Donc voici la suite et fin du chapitre sur le matériel nécessaire (encore une fois désolé pour le balises)


6. Choisir le substrat

On appel substrat, la matière qui recouvre le sol de l’aquarium. Certains aquariophiles n’en mettent pas pour des soucis pratiques, pour pouvoir plus facilement nettoyer les déchets qui se déposent au fond. Un substrat peut avoir plusieurs rôles :

  • Support bactérien (décidément, on commence à en avoir assez de ces bactéries !). En effet, le premier centimètre le plus proche de la surface est régulièrement brassé par les différents courants et, si il est assez poreux, il peut servire de support supplémentaire. Certains prétendent que jusqu’à 40% des bactéries nitrosomas et nitrobactaires pourraient se trouver dans le substrat
  • Support pour le plante des végétaux : les plantes à racines ont besoin d’un support pour tenir droit au fond de l’aquarium et ne pas se retrouver à l’horizontal en train de flotter à la surface.
  • Support nutritif pour les plantes : que le substrat soit à l’origine riche en nutriment ou non, c’est le sol qui recoit la majorité des déchets de l’aquarium. Et même si l’aquariophile peut, dans certains cas, aspirer la grande partie de ces déchets lors de l’entretien, il restera une partie de ces déchets qui sera enfoui dans le substrat et dégradé par la microfaune et les bactéries naturellement présentes. Ils serviront ensuite à alimenter les plantes à racines en nutriments.


Il existe différents types de substrats, tous avec des rôles différents :

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Sous couche pour les reliefs
[/list]

Habituellement, lorsqu’on souhaite mettre beaucoup de reliefs, il est courant de mettre une sous couche, généralement de pouzzolane pour plusieurs raisons :

  • Une raison économique : la pouzzolane coûte souvent moins chère que le substrat
  • Stabilité : Une “colline” en sable finit par s'affaisser dans le temps tandis que si le relief est fait avec de la pouzzolane ensuite recouvert d’un substrat plus fin garde sa forme d’origine
  • Aeration : La pouzzolane a une granulométrie plus bien plus importante qu’un substrat classique et permet d’éviter que des bulles d’air restent coincées en profondeur ou que des poches de gaz se forment.


[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Substrat nutritif
[/list]
Il existe des substrat nutritif, utiles lorsqu’on souhaite placer des plantes gourmandes qui agit comme un terreau de jardin. Ce type de sol est très léger et doit donc être recouvert d’un sol plus lourd pour éviter que le moindre courant ne le fasse voler dans tout l’aquarium. il ne doit pas être situé trop en profondeur pour que les racines des plantes puissent l’atteindre facilement.
Ce type de substrat peut légèrement modifier les paramètres.
Il est possible de composer sois même sa sous couche nutritive : il existe pour ça plusieurs recettes disponibles en ligne, souvent utilisées en aquarium low tech ou poubellarium.
Attention : les terreau de jardin, souvent enrichis en nitrates, ne sont pas adaptés à une utilisation en aquarium.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Sol neutre
[/list]
Il s’agit de n’importe quel types de sol qui n’influent pas sur les paramètres : sable de loire, quartz, Pouzzolane, Basaltes, billes de verre, légos en plastique, etc …
il est cependant recommandé de rester sur des matières naturelles (évitez les légos !), et non colorée, car la couche de pigments peut parfois se dégrader dans le temps et dégager des produits chimiques dans l’eau de l’aquarium.
Evitez aussi les substrats aux couleurs flashies qui peuvent perturber les poissons.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Sol technique
[/list]

Les sols techniques sont des sols capables de déterminer certains des paramètres physico-chimiques de l’eau (souvent le PH et le KH).
La contrainte de ce type de sol est qu’il a une durée de vie qui peut être plus ou moins longue en fonction de son entretien. C’est pourquoi, il est recommandé de n’utiliser ce type de sols qu’avec de l’eau osmosée qu’on peut reminéraliser avec des sels minéraux qui ne modifient pas le KH pour éviter de l’épuiser prématurément.
Ce type de sol peut aussi faire office de sol nutritif pour des plantes à racines mais puiser dans sa réserve de nutriments diminue aussi sa durée de vie.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Compatibilité avec certaines espèces (faune et flore)
[/list]

il arrive parfois que certaines espèces nécessitent un sol particulier ou à l’inverse, que certains sols soient déconseillés pour maintenir certaines espèces. L’exemple le plus courant sont les corydoras, qui nécessitent un sol non coupant qui n'abîme pas leurs barbillons. le quartz par exemple, est déconseillé avec de tels espèces.
Il est encore une fois important de bien se renseigner sur les besoins des espèces qu’on souhaite maintenir.

7. Choisir les éléments de décors

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Décors neutres
[/list]
[/list]
En principe il n’y a que deux règle à respecter quand on choisis les décors  :

  • Il doit être neutre, c’est à dire ne dégager aucune substance dans l’eau. Si il s’agit de décors artificiels, mieux vaut éviter les décors premiers prix qui pourraient ne pas tenir dans le temps et relarguer des produits chimiques dans l’eau.
  • Il ne doit pas présenter de bord tranchants qui pourraient abîmer les nageoires, barbillons ou autres des habitants.

Il existe cependant des exceptions.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Tanins
[/list]
[/list]
Il arrive lorsqu’on place une racine dans l’eau pour la première fois qu’elle relargue des substances dans l’eau : les tanins.
Les tanins ont plusieurs caractéristiques :

  • ils donnent une couleur ambrée à l’eau qui peut devenir de plus en plus prononcée en fonction de la concentration jusqu’à donner une eau quasi opaque couleur rouille. On parle alors d’eau noir
  • ils acidifient l’eau et stabilisent légèrement le PH en cas de KH bas. Encore une fois, la concentration de l’eau en tanins détermine l’efficacité.
  • Ils calment les poissons : vas savoir si c’est la couleur de l’eau ou une substance contenue dans les tanins mais la présence de tanins a pour effet de calmer les poissons mais l’effet n’est pas aussi important qu’avec de la cattapa.


[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]pierres calcaires
[/list]
[/list]
Si on place dans l’aquarium des pierres calcaires dans l’aquarium, elles vont relarguer dans l’eau des minéraux et faire augmenter KH et GH. Dans certains cas, cette augmentation du Gh est voulue, comme dans le cas d’aquariums biotopes des grands lacs africains, mais dans d’autres cas, cette augmentation des paramètres est un problème car l’eau devient vite dure. Mieux vaut éviter ce genre de pierres lorsqu’on débute pour ne pas rajouter une difficulté supplémentaire.
Pour savoir si une pierre est calcaire, il suffit de placer quelques gouttes d’acide dessus et de regarder si l’acide fait mousser la pierre.

8. Choisir l’éclairage

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Besoins des plantes
[/list]

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Puissance nécessaire
[/list]
Le choix de l’éclairage se fait rarement par rapport aux espèces envisagées : au contraire, beaucoup d’espèces de poissons préfèrent une lumière douce, tamisée par des tanins et/ou des plantes flottantes.
La puissance nécessaire dépendra surtout du type de plantes souhaités et de leurs besoins : choisir un éclairage trop faible provoquera une stagnation voir un dépérissement des la flore de l’aquarium. A l’inverse, un éclairage trop fort profitera aux algues plutôt qu’aux plantes.
La puissance d’un éclairage est mesurée en Lumens et les besoin d’un Aquarium en Lumens/Litre. Donc pour savoir si l’éclairage est suffisant, il faut diviser le nombre total de lumens par el volume net de l’aquarium en litres.
La puissance minimum pour un aquarium planté devrait être de 20 Lumens/L pour un aquarium avec peu de plantes et toutes très peu gourmande en lumière.
Pour un aquarium très planté à au moins 80% de la surface avec des plantes faciles il faut compter 40 Lumens/L pour une bonne vitesse de pousse
Pour un Aquarium d’aquascape avec une partie en plantes gazonnantes, compte au moins 60 Lumens/L
Pour un Iwagumi (80% recouvert de gazonnante), compter environ 80 Lumens/L

Ces valeurs sont données à titre indicatif et certains paramètres comme la présence de plantes flottantes, la fertilisation ou la profondeur de la cuve peuvent varier la puissance nécessaire.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Couleur de l’éclairage
[/list]
Pour un aquarium d’eau douce, la couleur de l’éclairage doit être de 6 500 kelvins dans l’idéal, +/- 1 000 kelvins.
Pour les aquariums dotés d’un éclairage à deux tubes, ou plus, il est également possible de combiner des tubes d’une température de couleur différente pour créer un rendu plus naturel. Par exemple, sur une galerie de deux tubes, le tubes à l’avant pourra être d’une température de couleur un peu plus élevée (par exemple 9 000° K) et celui à l’arrière respectera la norme de 6 500°K.
On bannira de nos aquariums les tubes de couleur (roses, bleus…) : des études ont prouvées qu’ils favorisent l’apparition et la prolifération d’algues indésirables. De plus, ne l’oublions pas, un aquarium a pour principal objectif d’avoir un rendu naturel : or un aquarium avec un éclairage rose bonbon ou bleu foncé n’est pas ce qu’il y a de plus naturel.
Notez que les nécessités en température de couleur sont différentes pour les aquariums d’eau de mer.

9. Autre matériel nécessaire

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Chauffage
[/list]
[/list]
Le chauffage, ou résistance thermostatique de son nom technique, sert (comme son nom l’indique) à chauffer l’eau. Il est indispensable pour les 95 % des espèces qui requièrent un aquarium chauffé pour vivre correctement (à moins que la pièce dans laquelle sont placés les aquariums soit en permanence chauffée à la température qui s’impose). Certains poissons, comme les poissons rouges, ou les crevettes (Neocaridina) peuvent cependant être maintenue sans chauffage, à la condition évidente que la température de la pièce dans laquelle sera placé l’aquarium ne fluctuent pas selon les saisons, et soit chauffée à une température avoisinant les 20-21 °C.[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario COgLgoblXwkPJWQivQEPwTR8rNLke7RTcbTsloe6oOc7cn4O9ojHCYqQwG7bUMG4EofnR7Nml8_pUj5QjEq_UnXPLIwryXy0haZlTwnktBnzYcmlGbbmvLnttEY3VW6XSetiy0Pc
Ci-dessus : chauffage pour aquarium et un thermomètre en verre.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]CO2
[/list]
[/list]
Le fumage de CO2 dans un aquarium permet de fournir aux plantes un supplément au CO2, indispensable à leur photosynthèse. Il va avoir plusieurs atouts : il aide les plantes à pousser plus vite, permet de maintenir des plantes plus exigeantes (Alternanthera reineckii, Hemianthus callitrichoides, par exemple)... Et il a aussi une action inverse indirecte sur le développement des algues : les plantes poussant plus vite elles entrent en concurrence avec les algues (étant donné que les éléments dont elles ont besoin sont les mêmes que pour les algues). Cependant, malgré ses nombreux avantages, il n’est en aucun cas obligatoire du moment où les plantes maintenues ne sont pas trop exigeantes ou bien trop nombreuses. Ces caractéristiques sont souvent précisées sur la fiche de maintenance d’une espèce de plante.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]CO2 liquide
[/list]
[/list]
[/list]
Il existe des produits commerciaux simples d’utilisation, liquides, qu’il suffit d’ajouter à l’eau de l’aquarium pour diffuser du CO2. Cependant, si de l’oeil d’une personne mal informée cette alternative paraît économique, simple et pratique d'utilisation, c’est loin d’être le cas de l'aquariophilie. En effet, ces produits ne sont pas du tout précis, et le moindre surdosage peut entraîner une hécatombe irréversible dans votre aquarium. A défaut du prix, préférez une méthode moins risquée et plus efficace, à l’avantage de vos petits protégés.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]CO2 gazeux
[/list]
[/list]
[/list]
L’injection de CO2 gazeux dans l’aquarium est une méthode, qui quant à elle, à déjà fait ses preuves. Stocké ou produit dans une bouteille, le CO2 gazeux est ensuite injecté dans l’aquarium par simple contact prolongé avec l’eau de l’aquarium, de façon délicate et radicalement efficace.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Bouteille sous pression
[/list]
[/list]
[/list]
[/list]
La diffusion de CO2 par kit CO2 sous pression et de loin la technique la plus efficace et perfectionné qu’il existe en aquariophilie. Malheureusement, c’est aussi la plus chère. Cependant, si vous avez le budget, cette alternative vous offrira tout ce qu’il y a de mieux. Mais pourquoi ? Les kits CO2 sous pression sont adaptés à tous les besoins. Il en existe des rechargeables, des jetables, certains intègrent une électrovanne pour éteindre l’injection de CO2 la nuit, ce qui est une sécurité en plus… Leur débit est réglable un un tour de main, et certains sont même à la pointe de la technologie : ils intègrent une sonde pH, et un ordinateur qui permet de contrôler automatiquement et intelligemment la diffusion de CO2 même en votre absence. En effet, il faut savoir que dans l’eau, le carbone n’est pas présent, comme dans l’air, sous forme de dioxyde de carbone (CO2), mais plutôt sous forme d’acide carbonique (HCO3). Comme son nom l’indique, il s’agit d’un acide, qui va donc avoir une influence sur l’acidité de l’eau, sur le pH. C’est ainsi qu’en mesurant le pH, et suite aux réglages de l’aquariophile, l’ordinateur va contrôler l’électrovanne afin de rester le plus proche du taux de CO2 souhaité. Depuis quelques temps, on peut aussi voir se développer des kits CO2 sous pression faits maison. Le principe est très simple, mais efficace. A l’aide d’un extincteur CO2 récupéré chez des professionnels, d’un détendeur à bière, d’une électrovanne, d’un compte-bulle/anti-retour et du système de diffusion (tuyau et diffuseur) on peut très bien fabriquer soi-même son propre kit CO2 sous pression. Il est aussi possible d’utiliser des recharges Sodastream.[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario XwBK-vznvMIlk5cWnhaeb1rpI6GLtSCcRWms8F6gTmh2JAcfzWI21MpI5ewx4wgR8PlG4FVIbpWkQpWX3pIOciRwwH9scCsSCytIoFXSSJKzk4avKG5-5x5U6vKWHsOEwhes4GwB
Astuce : pour rendre le système de diffusion de CO2 invisible dans votre aquarium, il est possible d’installer des diffuseurs “in line” sur la sortie de votre filtre externe. Ces dispositifs n’altèrent pas l’efficacité de la diffusion.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]CO2 Biologique
[/list]
[/list]
[/list]
[/list]
C’est la méthode la plus simple et la plus économique pour injecter du CO2 dans son aquarium. Son principe de fonctionnement est très simple et totalement naturel. Il se compose d’un diffuseur de CO2 (aussi appelé “réacteur”, “flipper” ou “spirale de diffusion”), de tuyau, d’un anti-retour (pas obligatoirement), et d’un réservoir de réaction. Dans ce réservoir de réaction, on viendra ajouter de l’eau tiède (20 à 25°C), du sucre et des levures. Ces levures, du genre Saccharomyces, se nourrissent du sucre et produisent, en déchet de leur digestion, produisent du CO2, qui sera alors diffusé par le réacteur. Il existe deux principaux moyens de mettre en oeuvre cette technique de diffusion. On peut acheter des kits du commerce qui contiennent tout le matériel nécessaire (qui sont moins chers que leurs cousins sous pression), ou bien fabriquer soi-même un kit CO2 biologique. Comme expliqué plus haut, le principe de fonctionnement est très simple. La méthode la plus répandue consiste à mettre 500 mL. d’eau, 5 g. de levure de boulanger et 200 g. de sucre en poudre dans une bouteille étanche, de laquelle sort un tuyau qui rejoint l’aquarium. Il existe aussi une méthode “gel” plus régulière au niveau de la diffusion, qui fait intervenir des feuilles de gélatine ou bien de l’agar-agar.
Quoiqu’il en soit, le principal inconvénient d’un kit CO2 biologique est que le débit n’est pas réglable et la diffusion moins régulière que sur un kit CO2 sous pression, et donc de ce fait inadapté aux grands aquariums ( >100 L.).
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Pastille effervescente
[/list]
[/list]
[/list]
Les pastilles effervescentes de CO2 sont peu connues… et heureusement. Souvent inefficaces, il s’agit, de plus, d’une alternative très coûteuse sur le long terme.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Engrais liquide
[/list]
[/list]
Pour se développer, les plantes aquatiques ont, tout comme nous, besoin d’oligo-éléments. Pour apporter tous les éléments nécessaires à leur croissance, on peut voir dans les rayons de l’animalerie des engrais liquides. Mais est-ce obligatoire ? Est-ce véritablement nécessaire ? Les engrais suscitent l’interrogation de beaucoup de débutants. Avant toute chose, c’est officiellement prouvé… non. Les engrais liquides (ou solides) ne sont pas obligatoires dans un aquarium. Le nombre de plantes, les espèces maintenues, le fumage de CO2, les eaux de conduites de votre région, la fréquence de changements d’eau… autant de critères qui vont jouer sur la nécessité d’une fertilisation régulière en minéraux. Dans tous les cas, il ne sert à rien et il est même dangereux de fertiliser de manière préventive. Eh oui, souvenez vous : les algues et les plantes consomment les mêmes nutriments pour se développer. Un excès d’oligo-éléments, non consommé par les plantes, entraînera donc la prolifération d’algues indésirables. La meilleure solution reste donc la patience. Si au bout d’un moment vous constatez le moindre signe de carence, il faudra alors envisager une fertilisation. Mais comment fertiliser ? Avec quels produits ? Quels dosages ? Ces questions qui paraîtront sans le moindre doute anecdotiques aux yeux de certains sont pourtant celles qui peuvent faire la différence entre un aquariume envahi d’algues et un joyau rempli de plantes bien vertes. Si vous avez déjà visité quelques sites de vente en ligne d’aquariophilie, ou bien que vous vous êtes baladé dans le rayon de votre animalerie, vous avez certainement vu ou aperçu les fameux engrais tout-en-un. Ceux que l’on cherche à vous vendre avant même que vous ayez mis en eau votre aquarium. C’est à savoir, les engrais tout-en-un concentrent tous les éléments dont une plante peut avoir besoin… Mais souvent il ne s’agit pas d’une “carence en tout” dont sont atteintes vos plantes, mais seulement d’une carence en un ou deux éléments. Et dans ces circonstances, il n’est pas forcément bon d’ajouter également des engrais polyvalents qui contiennent non seulement les minéraux nécessaires, mais aussi ceux déjà présents en quantité suffisante dans votre aquarium. Dans l’idéal, l’aquariophile se renseignera auprès d’autres passionnés, pour identifier la ou les carences en question, puis y remédier de la façon la plus ciblée possible en utilisant des engrais ne contenant que le ou les oligo-éléments nécessaires. Si en effet, on remarque que vos plantes manquent de tous les minéraux dont elles ont besoin, vous pourrez utiliser des engrais polyvalents. Mais c’est un cas qui se produit très rarement, et dans des circonstances particulières (eau de pluie/osmosée, nombre de plantes important). Le plus souvent, les plantes sont victimes de carence en potassium (K), voire d’azote (N), de phosphore (P), de magnésium (Mg) ou bien de fer (Fe).[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario AGKKQO41FJdvdlBHVy08t9OwJwaGkypShCSXrOwA29zZaoFX-JEncFS4PRa6p08CCmt0n4eM3dA9aV26OGbGQGQQnT9CFFTTLBZh1FUnB4E2xPwk_db3vOxXVpFPdQ-PY-rzn32b [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario HX-aH-pkg3buI5tiwN6RBHIp5jspFQ-mAWWTGvWCzbCqpek8NvzJFFsJlhU87jDPf01tJq07XYZ8fT2Eo1NlS1LtfNa_SPFMZ92ZjGRgoT740gCCzJ8CfZC4olWOLIIewnWvEKYx [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario XT6_7sv6wXNIhXFDkLcoVabj__ZxMbL5fZsYz26MKYUbS8HEUFnP99MABC4B9KjseboE6_GtHQ8pZ4s2MdTlnR8OwcFh8_8mgyZXUVPrAAK5W7Zdvbe49WkM8Nz-2kO58PVBeayE
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Autre petit matériel
[/list]
[/list]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Tests de l’eau
[/list]
[/list]
[/list]
Tester l’eau de son aquarium est une pratique indispensable. C’est la meilleure façon de savoir comment évolue le biotope de son aquarium au plus profond de lui-même. Les analyses d’eau devront être effectués régulièrement, dans l’idéal deux fois par semaine le premier mois de mise en route, puis toutes les deux semaines à un mois par la suite. Lorsque vous aurez acquis plus d’expérience, les tests d’eau pourront alors être effectués moins régulièrement (quelques fois par an), car l’aquariophile averti apprend à diagnostiquer l’état des paramètres de l’eau en fonction de pleins de petits détails auxquels un néophyte de ferait pas attention.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]
Les paramètres à tester
[/list]
[/list]
[/list]
[/list]
Avant toute chose, voyons ensemble les différents paramètres d’eau auxquels vous aurez fort probablement affaire un jour où l’autre, et définissons-les.

  • Le pH (potentiel hydrogène) : il s’agit d’une grandeur qui permet de savoir si un mélange aqueux est acide, neutre ou alcalin. Il se mesure sur une échelle, qui va de 0 à 14 inclus. Un pH entre 0 inclus et 7 exclus est dit acide; un pH à 7 est neutre; et un pH à 14 est dit basique (on parle aussi de pH alcalin). A titre d’exemple, le jus d’un citron à un pH de 3, l’eau de javel à un pH proche de 13. Mais il s’agit de plages de pH auxquelles vous n’aurez pas affaire en aquariophilie. En effet, en aquariophilie, même les valeurs de pH les plus extrêmes sont comprises entre 5 et 9. La valeur de pH exacte de l’eau d’un aquarium devra être déterminé en fonction des espèces qu’on viendra y mettre. Cette valeur est indiquée dans les fiches d’élevage. En règle générale, l’eau de conduite est basique. Si il est nécessaire de la baisser, des mélanges avec de l’eau osmosée (plus d’information dans la partie “Mise en eau de l’aquarium” 6A (III) de ce guide).[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario G7JKuQqd4q6CGL-CRg7oaliocGHQlZZO10XcG3KH9LIMIa3mIEF3YFXr_Epp6k0ss99iagYmI-s_9fZEIvetL_zkqnt8QmY65xy-SVFbRidIduPKutRqLiXSf4UqrYPly28i-MJa
  • Le GH (en allemand Gesamt Härte; dureté totale ou TH en français) : cette grandeur permet d’évaluer la concentration en certains ions, que l’on appelle “calcaire” dans la vie quotidienne. Le GH est également une valeur qui se mesure internationalement en degrés allemands en aquariophilie (°d). Seulement, ce n’est pas le cas lorsque les analyses sont effectués en dehors du contexte aquariophile. Il existe des valeurs en degrés anglais (°e), degrés français (°f) et en concentration de CaCO3. Voici un tableau qui vous aidera à convertir ces valeurs si besoin. Au niveau de l’aquarium, le GH est encore une fois une valeur qui doit être adaptées aux espèces (ou à l’espèce) maintenue dans votre aquarium. Elle est, encore une fois, indiquée sur les fiches d’élevage. On peut augmenter le GH à l’aide de sels minéraux (ou de son eau de conduite si elle est assez dure) et la baisser à l’aide d’eau en bouteille ou bien d’eau osmosée. Les différentes types d’eau sont expliqués plus en détail dans la partie “Mise en eau de l’aquarium” 6 de ce guide.


TABLEAU DE CONVERSION DES VALEURS POUR LE GH















Entrée \ Sortie
…x 1°d
…x 1°f
…x 1°e
…x1 ppm CaCO3
1°d=…
1
1,78
1,25
17,80
1°f=…
0,560
1
0,702
10
1°e=…
0,798
1,43
1
14,30
1 ppm CaCO3=…
0,056
0,1
0,0702
1
NOTE : 1 ppm (partie par million)=1 mg/L.

  • Le KH (Karbonat Härte en allemand, dureté carbonaté en français) : il s’agit d’une grandeur assez proche du GH, mais cette fois-ci on s’intéresse uniquement aux ions carbonate. La valeur de KH est très importante car elle permet dans la plupart des cas de maintenir un pH stable. c’est pourquoi dans les aquariums classiques, on cherchera à avoir un KH maintenu entre 4 et 10. Plus bas, le pH peut fluctuer de façon dangereuse et plus haut, beaucoup d’espèces trouveront l’eau trop dure. Plus tard dans votre expérience d’aquariophiles, vous entendrez parler de biotopes plus complexes (Tanganyika; Malawi) avec des valeurs de KH plus importantes. Pour l’instant, ces biotopes ne feront pas l’objet de vos débuts. Il existe aussi un autre cas particulier : les aquariums à KH bas (amazoniens par exemple). Ces aquariums contiennent une filtration à base de tourbe ou de sol technique, ce qui permet d’avoir une eau avec un KH nul ou particulièrement bas, sans risquer de chocs osmotiques. Tout comme le GH, la façon dont le KH se mesure peut dépendre. Cependant on gardera toujours comme unité internationale le degré allemand pour l’aquariophilie. Encore une fois, des sels minéraux peuvent aider à augmenter son KH. Une filtration sur tourbe, un sol technique, un ajout d’eau osmosée, de feuille de catappa ou de fruits d’aulne… auront l’action contraire.


TABLEAU DE CONVERSION DES VALEURS POUR LE KH









Entrée \ Sortie
…x 1°d
…x 1 ppm HCO3=…
1°d=…
1
21,8
1 ppm HCO3=…
0,046
1


  • Ammonium (NH4) et ammoniac (NH3) : il s’agit d’un type de pollution organique. C’est le tout premier composé qui est formé après la décomposition d’un tissu organique dans l’aquarium (excréments, restes de nourriture, cadavres, feuilles mortes, etc.). Il peut être présent sous la forme de deux molécules (ammonium ou ammoniac). Ces deux molécules ne sont pas dissociables lors d’une analyse, mais sachez, à titre d’information, que l’ammonium est formé dans des milieux acides et l’ammoniac est formé dans les milieux basiques. Sa concentration se mesure en mg/L. (ou ppm). Il s’agit d’un composé dangereux en cas de trop fortes concentration, et on essayera de le maintenir le plus bas possible (au maximum 0,1 mg/L.). Si le taux augmente dangereusement, c’est que l’aquarium est trop pollué (trop de nourrissage, surpopulation…) ou bien que les bactéries qui assurent cette décomposition (Microcosus sp., Bacterium sp., Baciulium sp.) sont mortes (le plus souvent, c’est à cause d’un ajout ou bien d’un rinçage du filtre à l’eau du robinet non vieillie : l’eau du robinet contient du chlore qui tue ces bactéries, elle doit être vieillie, c’est-à-dire tirée 24 heures avant l’usage et être laissée dans un bidon ouvert, pour que le chlore s’évapore).[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario YeSoWUNmOip9ZQg9IXdjj5h3Y8lqV9LIvNng66280b0d9G5B3eB4eAtIrtf60SzOAAe5DB6pQN4VOh29IWwRyGSf2w1D8Lf9mpjlecsTbRSoT1fQWR9xrUgxbN1lL1m9IsiIqxWA



  • Nitrites (NO2) : l’ammonium dangereux va rapidement être à nouveau consommé par des bactéries du genre Nitrosomonas, et transformé en nitrites. Le problème c’est que les nitrites sont aussi dangereuses que l’ammonium, si ce n’est plus. Le taux devra rester inférieur à 0,05 mg/L.; voire 0,1 sur des périodes courtes. Au même titre que l’ammoniac, les nitrites peuvent s’accumuler très rapidement en cas de pollution excessive ou bien de mort des bactéries.



  • Nitrates (NO3) : heureusement, les nitrites sont consommés par un autre genre de bactéries, le genre Nitrobacter, qui transforment les nitrites en nitrates. Les nitrates sont beaucoup moins dangereux que les nitrites. Afin d’éviter tout problème d’algue, on essayera de maintenir un taux de nitrates inférieur à 10 mg/L., cependant le taux n’est pas dangereux à cette concentration. Seulement certaines espèces, ou bien des juvéniles, peuvent être sensibles à un taux si faible de nitrates. Néanmoins les nitrates en très fortes concentration (à partir de 50 mg/L.) peuvent poser problème à la santé des poissons. En fait, il faut savoir qu’au même titre que l’acide carbonique, les nitrates sont en fait présent dans l’eau sous la forme d’un acide (acide nitrique). Il peut donc avoir un mauvais impact sur le pH. Par ailleurs, les bactéries qui consomment les nitrites semblent arrêter leur tâche de décomposition une fois que les nitrates atteignent des concentrations très élevées (200 mg/L.). Cependant des taux pareils sont très rares en aquarium. Les nitrates sont la plupart du temps éliminés par la végétation, et le surplus éventuel est de toute façon retiré lors des changements d’eau hebdomadaires. Dans certains cas d’aquariums très plantés, il faudra même envisager un ajout supplémentaire de nitrates (appelé “fertilisation N”).


Le cycle de décomposition des composés organiques est appelé le cycle de l’azote.

  • Phosphates (PO4) : les phosphates sont également un type de pollution organique. Au même titre que les nitrates, ils servent aussi de nutriments aux plantes et aux algues. Notez que le taux de phosphates doit être proportionnel au taux de nitrates. Le respect de ce rapport, appelé rapport de Redfield, permet d’éviter la prolifération de certains indésirables (Cyanobactérie). On veillera à ce que le taux de phosphates soit en moyenne égal à 1/10 du taux de nitrates.



  • Fer (Fe) : il s’agit d’un paradoxe à part entière. Ce métal est à la fois indispensable à la pousse des plantes, mais dangereux pour les crustacés. Dans la plupart des cas, on fera abstraction de ce paramètre sauf en cas de carence (feuilles jaunes).



  • Potassium (K) : c’est un nutriment essentiel à la pousse des plantes, qui ne représente aucun danger en cas de concentration trop importante. Bien qu’un taux supérieur à 10 mg/L. soit préférable, la mesure du potassium n’est absolument pas obligatoire. En effet, l’apparence des feuilles de plantes (feuilles trouées) suffit largement à savoir diagnostiquer une carence, et programmer une fertilisation.



  • Magnésium (Mg) : comme le potassium, il s’agit d’un oligo-élément nécessaire à la pousse des plantes. Cependant il n’est que très rarement à l’origine de carences, et le tester ne sera dans la plupart du temps d’aucune utilité. Encore une fois, une carence en magnésium s’identifie très bien à l’oeil nu (nervures plus foncées que la feuille).



  • Dioxyde de carbone (CO2) : gaz très important qui intervient dans la réaction de photosynthèse des plantes. Comme expliqué plus haut dans ce guide, son injection n’a rien d’obligatoire. On peut obtenir une valeur approchée du taux de CO2 en se servant de tableaux à double-entrée, à partir de la valeur de pH et de celle de KH. Il existe aussi des tests en goutte. Pour obtenir la valeur exacte de concentration de CO2, on placera un bulleur dans un second échantillon d’eau prélevé pendant 5 minutes. La concentration en CO2 est alors égale à la différence entre le taux obtenu par une analyse normale et le taux obtenu en analysant l’échantillon dégazé à l’aide d’un bulleur.
  • Silicates (SiO2) : ce paramètre sert de nutriment à des algues très particulières, les diatomées, responsables du phénomène d’eau verte en aquariophilie. Sa mesure ne vous apportera rien car le taux de silicates est généralement très important car il est ajouté à l’eau de conduite pour éviter la formation de tartre dans les tuyaux. C’est uniquement en cas d’eau verte que le tester pourra vous être utile : cela permettra de suivre la baisse du taux de silicates dans l’eau de l’aquarium. Pour l’éliminer, les solution la plus simple est d’utiliser des résines échangeuses d’ion. Il est aussi possible de n’utiliser que de l’eau osmosée, cependant attention aux sels minéraux que vous utilisez (si vous en mettez) : certains contiennent des silicates.



  • Dioxygène (O2) : gaz essentiel à la vie des poissons, sa concentration devra se situer entre 6 et 10 mg/L. Mesure le taux de dioxygène n’a rien d’obligatoire, il n’est que rarement surprenant.



  • Cuivre (Cu) : ce métal lourd est très dangereux pour les organismes aquatiques ! Le taux de cuivre devra toujours être situé au dessous du seuil de détection, c’est-à-dire inférieur 0,1 mg/L. Cependant, il ne peut arriver que par l’eau de conduite. C’est pour cette raison que si vos tuyauteries sont vieilles, ou bien qu’elles ne sont pas en cuivre, il vous sera toujours inutile d’analyser sa concentration.



  • Calcium (Ca) : ce paramètre n’est important que dans les aquariums d’eau de mer, inutile de l’évaluer.



  • Densité : au même titre que le calcium, il s’agit d’un paramètre qu’il est inutile de mesurer en eau douce.



  • Conductivité électrique (CE) : cette grandeur donne la valeur de la teneur totale en minéraux d’une eau. Elle se mesure en µS/cm; ou bien en mg/L. (1 mg/L.=2 µS/cm). Lorsque l’on débute, mesurer la conductivité électrique n’a pas d’utilité, sauf si vous débutez par la maintenance de crevettes.



  • rH (potentiel d’oxydo-réduction ou potentiel redox) : cette grandeur est très peu utilisée, et difficile à comprendre. Dans plusieurs années, vous serez peut-être confronté à des situations où sa mesure aura un intérêt. Pour l’instant, rassurez-vous, sa mesure n’a aucun intérêt !


En résumé, les paramètres essentiels à tester sont donc le pH, le GH, le KH, l’ammonium, les nitrites et les nitrates. Si votre budget le permet, un test de phosphates aura également l’occasion de se rendre utile. Les autres paramètres n’ont pas d’intérêt aux yeux d’un néophyte. Tôt où tard, dans votre carrière d’aquariophile, vous aurez besoin de mesurer d’autres grandeurs. Mais il ne sera d’aucune utilité de vous projeter dans cet avenir dès le début de votre expérience.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Gouttes
[/list]
[/list]
[/list]
[/list]
Pour mesurer tous ces paramètres, vous aurez besoin d’un équipement professionnel. Les tests en gouttes, bien qu’onéreux, sont les meilleurs réactifs en terme de rapport qualité-prix. Ils vous permettent d’obtenir des valeurs extrêmement précises.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]
Bandelettes
[/list]
[/list]
[/list]
[/list]
Simples à utiliser, peu chères, rapides à mettre en oeuvre… Décidément, c’est à croire que les bandelettes de tests ont tout pour elle ! Seulement, d’un point de vue scientifique, la qualité de leurs résultats est médiocre. Même très médiocre. Malgré la différence de prix, investissez plutôt dans des tests en gouttes : ils vous le rendront.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]
Électroniques
[/list]
[/list]
[/list]
[/list]
Sondes, photomètres, agitateurs magnétiques… les tests électroniques sont ce qu’il y a de plus ergonomique. Quoiqu’il en soit, le prix d’un tel équipement de vaut pas le coup d’investir. Ils ne sont dans la plupart des cas pas beaucoup plus précis que les tests en gouttes, et dans le cadre de l’aquariophilie, une telle précision ne vous sera pas d’une grande utilité, à part dans des cas particuliers (sonde pH et kits CO2).
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]
Epuisette
[/list]
[/list]
[/list]
L’épuisette d’un aquariophile, c’est comme la spatule d’un cuistot : c’est un véritable passe-partout. Il est donc bien évident qu’il ne faudra pas se passer de cet outil, surtout pour le faible investissement qu’il représente. Mais il existe plusieurs types d’épuisettes : des télescopiques, des mailles fines, des “pour crevettes”… que choisir ? En règle générale, on évitera toutes les épuisettes à moins de 1 € : la qualité ne sera pas au rendez-vous, les filets sont très fragiles et se déchirent tout seuls au bout de quelques mois d’utilisation. A part cela, le type d’épuisette n’est qu’une histoire de confort. Et… non, une épuisette pour crevette n’est pas obligatoire si l’on souhaite maintenir des crevettes, et ce réciproquement. Leur forme ainsi que leur manche sont seulement plus adaptés à des captures proches du sol.[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario JM7Q-TaOSbC8RkaYw4AqzCF8IctGiKUUYMEtyp8-gqw_i5NRsXds3U0R3h7Bi_FEV_3tgw8IPGUDO0hT2zZlkJ_MMogtcllXbAknRTKQk11UTMi6ly5HFqSzHh5zZOmkpOxABFbf
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mar 22 Oct 2019 - 11:42
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]
Nettoyage des vitres
[/list]
[/list]
[/list]
Même dans les aquariums très bien entretenus, les vitres s’encrassent très rapidement. Alors rassurez vous, cela ne représente pas le moindre risque pour les habitants, seulement un aquarium avec des vitres propres sera d’autant plus agréable à regarder. Plusieurs solutions existent pour nettoyer les vitres :

  • les éponges : il ne s’agit pas de l’alternative la plus efficace;
  • les gants : ils sont décrits comme pratiques par ceux qui les emploient;
  • les aimants : certes il s’agit d’un outil très ergonomique car il permet de nettoyer l’aquarium sans se mouiller les mains. Cependant, le revêtement qui permet le nettoyage de la vitre n’est pas régulier, ainsi il faudra repasser plusieurs fois sur une même surface pour la nettoyer;[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Fd3yu6pIWaYruIL2EdAKt-zQs27zWLubuRJT9b0R25q2vRogI4MbxK2nOFVgZE4prDNcDqDcVYQRhHkd2TV8fmq87MGHkb1DwuzTNsiFNkBtx9A3iHcIzgtG7V2nk1EcuyE-3Fe2 [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario NSWrbKWIwxYCSjExMcKn3-ImaXXVhmaXLVPcsbPGya2jOzTcspLvYWCVd5VJOl6Lb6IQv8kH0f4YKqVcbm1WgLc9D3NK929UpjjnUou_fOZ8JdBlZxmp1If_TjlYAwFoQjOGlic0
  • les raclettes : il s’agit en mon sens d’un outil très efficace : grâce à sa lame, il suffit d’un seul passage pour retirer la totalité des algues qui se trouvent sur une vitre. Les lames se gardent très longtemps, et, contrairement aux rumeurs, cet outil ne raye pas du tout les vitres lorsqu’il est utilisé intelligemment.


La liste des matériels ci-dessus vous donne un avis assez objectif. Cependant, le nettoyage des vitres n’ayant aucun impact sur le bien-être des poissons et des invertébrés, libre à vous de choisir ce que vous préférez, malgré les recommandations.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Syphon
[/list]
[/list]
[/list]
Comme expliqué plus haut, la pollution générée par le biotope va être décomposé par des bactéries. A la fin de ce cycle, le cycle de l’azote, les résidus organiques resterons présent dans l’aquarium sous forme de nitrates (NO3). Bien qu’indispensables à la végétation, ces nitrates peuvent engendrer des problèmes d’algues à une concentration trop importante. Pour cette raison, des changements d’eau devront être effectués chaque semaine, à hauteur de 10 % du volume total de l’aquarium (en moyenne). Les changements d’eau ont aussi pour objectif de siphonner le fond du bac, et d’éliminer toute la boue organique qui s’est accumulée au sol. Pour effectuer ces changements d’eau, vous aurez donc besoin d’un système de vidange. Il existe des dizaines de systèmes de changement d’eau. Il est même possible d’en concevoir soi-même à l’aide d’un tuyau et d’un cône de bouteille, mais la qualité sera très médiocre. Des kits du commerce proposent des systèmes d’amorçage par soupape pour peu cher, et cela évite de se retrouver avec de l’eau de l’aquarium dans la propre douche. Pour un peu plus, il existe même des systèmes de changement d’eau à brancher sur un robinet, ce qui permet d’éviter de transporter des seaux d’eau sale dans toute la maison.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Thermomètre[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario 0qwdDHn87D4PqofFrkvkVk8h5GI1iHpkxQaiZ-euaV_uDnBdj4BxbeEateWMb-Y1byAuwBuDEC3h-BygrrfRB5YHdfp_pSioyofZL_1XfUOOswcE8VaQTWkhH92SAdUWBaHYAVQN
[/list]
[/list]
[/list]
Le thermomètre est un matériel aussi anecdotique qu'indispensable. Son prix est presque insignifiant et il est essentiel car il permet à l’aquariophile de vérifier d’un simple coup d’oeil la température de l’eau. Pour le choix de votre thermomètre, évitez les thermomètres à sonde : ils se décalibrent assez rapidement. Préférez des thermomètres digitaux internes, ou bien des thermomètres à mercure/alcool. Enfin, les thermomètres fins jaunes sont plus précis que les gros thermomètres transparents, malgré une petite différence de prix entre les deux.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Drop checker
[/list]
[/list]
[/list]
Ce test, bien que très pratique, n’est pas obligatoire. Il sera seulement d’une grande aide lors de la mise en place d’un kit CO2 sous pression : il suffira à l’aquariophile de jeter un coup d’oeil au test permanent et d’ajuster ainsi le débit de CO2 en un tour de main dans les jours qui suivent la mise en place du système.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Refroidissement
[/list]
[/list]
[/list]
Bien qu’au cours de l’année, l’eau de l’aquarium devra être chauffée, en période de canicule, l’effet inverse risque de se produire : la température de l’aquarium peut monter trop haut. Il existe plusieurs alternatives pour baisser la température pendant l’été. Il faut d’abord savoir que le taux de dioxygène influe négativement sur la température, c’est-à-dire qu’en oxygénant l’eau de l’aquarium on peut indirectement baisser la température. Vous pourrez donc dès le départ créer du remous en surface (par exemple en sortant la buse de rejet de votre filtre, ouvrir votre aquarium, placer un bulleur dans votre aquarium). Si vous disposez d’un filtre externe, vous pourrez tremper la cuve du filtre dans une bassine remplie d’eau fraîche et de glaçons (tout en veillant à laisser le chauffage allumé en cas d’efficacité trop importante). Enfin, il existe également des solutions commerciales. L’alternative la plus efficace est la mise en place d’un groupe-froid. Seulement les prix sont très élevés. Préférez donc les ventilateurs, qui, même si moins efficaces, offrent un meilleur rapport qualité-prix. Par ailleurs, vous n’êtes pas obligé d’opter pour un ventilateur pour aquarium. Certes, sur ces modèles, le système de fixation est perfectionné, et il est possible de le combiner à un thermostat.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]
Pompe à air
[/list]
[/list]
[/list]
Ce type de matériel ne sera d’utilité que ponctuelle (traitement d’un poisson malade, reproduction, canicule) et il est donc inutile d’investir dans un bulleur dès le début de votre expérience.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]
Cordon chauffant
[/list]
[/list]
[/list]
Ce produit, vanté par les marques, n’a pas pour vocation de “tenir chaud aux plantes”, car très franchement, il faut dire que ça les plantes n’en ont rien à faire. Cependant, en réchauffant l’eau dans les profondeurs, le câble chauffant va permettre un remous en profondeur dans le substrat (souvenez vous : l’air chaud monte, l’air froid descend : il en va de même pour l’eau) et donc une oxygénation régulière. Cette oxygénation a des effets positifs sur l’aquarium car elle empêche la formation de zones de pourritures des racines, et donc le développement de bactéries anaérobies parfois dangereuses comme la cyanobactérie. Seulement d’autre part, les bactéries anaérobies qui aide à la décomposition des nitrates ne pourront pas s’y implanter et, par ailleurs, le cordon chauffant ne possède pas de thermostat. C’est-à-dire qu’en période de fortes chaleurs, si vous n’êtes pas présent pour l’éteindre rapidement, il contribuera à cuire vos poissons à la vapeur. Ainsi il peut être conclut qu’il s’agit d’un matériel supplémentaire dont l’investissement ne vaut clairement pas la peine.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Matériel de boutures
[/list]
[/list]
[/list]
Le jour de la mise en eau de l’aquarium, vous aurez besoin de planter vos plantes. Pour effectuer cette manipulation, il vous faudra du matériel de plantation. De plus, une fois l’aquarium mis en eau, les plantes vont rapidement se mettre à pousser. Elles vont donc très vite devenir source d’entretien. Dès que vous estimerez qu’elles sont trop grandes, il faudra les couper, et éventuellement les replanter. Pour débuter, une simple paire de ciseaux et une pince en acier inoxydable vous suffiront amplement. Afin d’éviter de rouiller vos ciseaux de bureau, ou de contaminer votre aquarium avec des substances qui ne devraient pas s’y retrouver, il est plus sage d’investir dans du matériel spécial pour aquascaping. Quant aux diverses formes de ciseaux ou de pinces qu’il existe, ce n’est qu’une histoire de confort d’utilisation. Selon votre budget, vos préférences, etc., vous pouvez prendre la ou les variante(s) qui vous conviennent le mieux.
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mer 23 Oct 2019 - 14:57
Ou trouver le matériel

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Particuliers
[/list]
Le marché de l’occasion est un bon moyen de débuter l’aquariophilie à moindre coût. En effet, nombreux sont ceux qui se sont lancés dans l’aventure et ont tout arrêté au bout de quelques semaines suite à une déception.
Donc il est possible, grace aux petites annonces, de se procurer tout le matériel nécessaire pour bien débuter.
Bien vérifier cependant la bonne étanchéité de la cuve et le bon fonctionnement du matériel électrique.
Il faut aussi prévoir de peut être rapidement changer l’éclairage car les néons et les lampes leds, en plus d’être souvent insuffisants, ont une durée de vie courte, et perdent de la puissance au court du temps, sans que cette perte de puissance soit facilement mesurable. Donc difficile de savoir où en est une lampe qu’on achèterait d’occasion.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Grandes enseignes
[/list]
C’est la solution de facilité : proche de chez soi, on peut y trouver des vendeurs prèt à nous conseiller, et on peut voir les poissons qui remuent dans leurs aquariums d’exposition.
Sauf que le choix en matériel reste limité à quelques marques grand public, les vendeurs sont trop souvent de mauvais conseils et les poissons en exposition ne sont pas toujours en bonne santé...quand ils ne sont pas tout simplement morts
Donc mieux vaut éviter ces magasins si on ne sait exactement ce qu’on vient chercher.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Boutiques d’aquariophilie
[/list]
Pour les petites boutiques d’aquariophilie, c’est tout ou rien. Soit, on se retrouve dans la même situation que pour les grandes enseignes, et le profit prime sur la bonne santé des poissons, soit on se retrouve face à un vendeur passionné, qui sera heureux de vous accompagner tout au long du lancement de l’aquarium sans compter son temps. Si vous êtes dans la deuxième situation, vous êtes un veinard et il serait bête de ne pas profiter de l’expérience de votre nouveau conseillé.
De plus, ce type de magasin, même si il est un peu plus chère, propose du matériel vraiment adapté pour maintenir correctement des espèces aquatique.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]VPC
[/list]
Les sites de VPC proposent un large choix de matériel mais le conseil est inexistant. Dans un sens, ça évite d’être mal conseillé.
Donc comme pour les grandes enseignent il faut parcourir ces sites avec une idée précise de ce qu’on recherche.
Il vaut mieux éviter aussi de commander des plantes sur ce type de sites qui arrivent parfois dans un état lamentable ou en portion minuscule.
Heureusement pour les débutants, les sites de VPC d’aquariophilie ne sont pas légions et les plus répandues ont un sujet qui leurs est dédié sur le forum ou les membres partagent leur avis.
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Jeu 24 Oct 2019 - 16:02
Mise en eau de l’aquarium

Une fois que vous avez réunis tous le matériel et acheté les premières plantes, vous êtes prêt à mettre en eau l’aquarium. Allons y étapes par étapes pour ne rien oublier.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Préparer l’Aquarium
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Nettoyage
[/list]

[/list]
Si vous avez acheté la cuve d’occasion, elle présente surement des traces de calcaire. Et même si la cuve est neuve, mieux vaut la rincer par sécurité.
Eviter à tout prix les produits ménagers pour nettoyer la face intérieur des vitres. Vous pouvez éventuellement utiliser un peu de vinaigre blanc pour vous aider à retirer les trace de calcaire mais pensez à bien rincer à l’eau claire pour en éliminer un maximum.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Mise en eau et tests des joints
[/list]
[/list]
La deuxième étape est de s’assurer que la cuve est bien étanche pour éviter de se retrouver à éponger plusieurs dizaines de litres d’eau pendant le petit déjeuner. Pour ça, rien de plus simple. Posez la cuve sur du papier absorbant ou du journal et remplissez le d’eau au moins jusqu’à la moitié. Le lendemain vous la videz, et si vous voyez une trace d’humidité sur le journal, c’est qu’il y a un joint à refaire.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Emplacement
[/list]
[/list]
Si votre cuve est hermétique, vous pouvez la mettre à l’endroit qui sera sa place définitive. Evitez les lieux de passage qui pourraient stresser les poissons.
Evitez aussi les lieux exposés qui recevrait la lumière direct du soleil à un moment de la journée pour limiter la proliférations des algues.
Si vous le pouvez, favorisez un emplacement pas loin d’un point d’eau pour faciliter l’entretien.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Mise en place
[/list]
[/list]
Si vous placez l’aquarium sur un meuble, vérifiez qu’il soit suffisamment solide pour supporter le poids de l’aquarium plein. Comptez environ le volume brut x1.5 pour connaître le poids approximatif de l’aquarium une fois en eau avec tous les éléments.
Assurez vous aussi que le support soit plat et à niveau.
il est conseillé de placer un tapis entre le support et la cuve pour absorber les vibration et ne pas abimer le support. Beaucoup de cuves sont vendues avec un tapis sinon, il est possible d’utiliser un tapis de gyme en mousse, découpé aux bonne dimensions.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Le substrat
[/list]
Vous avez normalement déjà choisi quel type de substrat vous allez utiliser et il est possible que vous ayez décidé d’en combiner plusieurs. Nettoyage
Certains substrat nécessitent d’être rincés avant d’être mis en place, pour les débarrasser de leurs poussières et éviter de troubler l’eau et d’encrasser le filtre au démarrage. C’est le cas de la plupart des substrats neutres, ainsi que des roches volcaniques (basalte, pouzzolane). Les substrat nutritifs, ainsi que les sols techniques ne doivent pas être rincés. Cependant, les sols techniques qui contiennent beaucoup de poussière peuvent être tamisés pour en éliminer une grosse partie.
Pour rincer le substrat, placez en une partie dans un seau que vous remplissez ensuite d’eau, puis créez un courant puissant avec votre main pour que les poussières plus fines, se détachent du sol et se retrouvent en suspension dans l’eau. Il vous suffit ensuite de vider l’eau et de recommencer l’opération jusqu’à ce que l’eau reste limpide. une fois que vous en êtes là, réservez le substrat dans un support propre et recommencez avec un autre partie du substrat.
Il n’est pas rare d’arriver à 8 voir 10 lavages que l’eau reste limpide

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Mise en place
[/list]
[/list]
Chose évidente, il faut commencer par le substrat qui sera au contact du fond de l’aquarium et remonter jusqu’aux couches supérieures. De la même façon, il vaut mieux commencer par la partie arrière de l’aquarium, plus difficilement accessible et qui accueille souvent une épaisseur plus conséquente de substrat.
Si vous avez choisis d’utiliser une sous couche nutritive, il faut faire attention à ce qu’elle soit recouverte partout, sous peine de la voir flotter dans tout l’aquarium. Il est possible de séparer la sous couche nutritive du substrat de surface par du tulle ou de la moustiquaire pour que le substrat ne remonte pas à la surface lors des moments de jardinage.
Sur certains aquariums, sans armature visible, il vaut aussi mieux arrêter la sous couche au moins 1 cm avant la vitre avant de l’aquarium pour que les différentes couches ne soient visible une fois la mise en eau.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Reliefs
[/list]
[/list]
Il est conseillé dans tous les aquariums d’avoir au moins une pente avec le substrat à l’arrière de l’aquarium plus haut que l’avant. De cette façon , les déchets seront en majorité réunis à l’avant de l’aquarium pour être plus facilement retirés. De plus, les plantes à tiges, nécessitant une profondeur de substrat plus importante pour rester stables, sont souvent plantés en arrière plan. Et d’un point de vue esthétique, une telle pente, crée un effet visuel de profondeur très utilisé en aquascaping..
Les reliefs plus importants, si il y en a, doivent être faits en premier, de préférence avec un matériaux avec une granulométrie importante pour la raisons cités précédemment. Il est courant pour cela, de remplir des bas en nylon de roche volcanique pour créer des boudins homogènes et malléables auxquels on peut donner la forme souhaitée. Dans le cas de forts reliefs, il est souvent plus simple de placer le substrat et les décors simultanément pour arriver à un montage stable.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Plusieurs substrats en surface
[/list]
[/list]
Il est possible de combiner plusieurs substrat en surface et de les localiser à différents endroits de l’aquarium. Dans ce cas, il vaut mieux utiliser des éléments de décors pour définir les délimitations pour que les deux substrats ne se mélanges avec le temps.


[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Le matériel
[/list]
La mise en place du matériel doit respecter certaines petites règles.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Filtre
[/list]
[/list]
Dans l’idéal, on placera le filtre dans un coin de l’aquarium où il pourra ensuite être masqué par les décors ou la végétation. Afin de ne pas dégazer le CO2, arrangez-vous pour qu’une fois l’aquarium mis en eau, la buse de sortie du filtre ne soit pas émergée. Enfin, si vous comptez maintenir de très petites espèces, l’achat d’une crépine en mousse à placer sur l’aspiration permettra d’éviter tous les risques.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]CO2
[/list]
[/list]
Le diffuseur de CO2 pourra être directement branché sur le tuyau de sortie de votre filtre externe grâce à un diffuseur spécial “in line” disponible dans le commerce. Il pourra également être placé dans l’aquarium. On privilégiera les espaces où il n’y a pas de remous à la surface, afin d’éviter un dégazage du CO2 juste après sa diffusion. Un brassage entre deux eaux ne sera pas problématique.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]
Chauffage
[/list]
[/list]
Le chauffage, quant à lui, devra au contraire être placé dans une zone où le courant est fort, pour mieux répartir la chaleur qu’il émet (par exemple près du filtre). N’oubliez pas de vous arranger pour pouvoir le dissimuler facilement par la suite.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Autres
[/list]
[/list]
Le petit matériel, comme le thermomètre où le drop-checker, ne devront pas non plus être placé n’importe comment. Placez-les dans des zones de courant fort, et essayez de les éloigner des sources de ce qu’il sont censés mesurer (placez le thermomètre loin du chauffage et le drop-checker loin du diffuseur de CO2). Au même titre que le diffuseur de CO2, le drop checker ne devra pas être placé sous une zone de surface très remuée, le cas échéant il affichera des valeurs de CO2 qui ne correspondront pas avec la valeur moyenne du CO2 de l’aquarium. Enfin, privilégiez des endroits où vous pourrez facilement regarder d’un simple coup d’oeil les valeurs affichées, sans que cela ne nuise à l’esthétisme naturel de l’aquarium.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Décors
[/list]
La décoration est une partie essentielle de votre décoration. Elle devra être placé de façon à combiner le bien-être de la population et l’esthétisme de l’ensemble.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Nettoyage
[/list]
[/list]
Roches et pierres devront être stérilisées dans la mesure du possible. La solution la plus simple est de faire bouillir roches et racines dans une casserole. Dans beaucoup de cas, les racines seront trop grandes : ainsi, un grand contenant dans lequel vous verserez de l’eau bouillante suffira. Le nettoyage des roches et des racines permet principalement la stérilisation et le nettoyage des résidus de terre et de poussière. De plus, cela permet de retirer une grande partie des tanins que contiennent les racines. Attention, ne négligez pas cette partie : il est fréquent que des indésirables (hydres, insectes…) arrivent dans votre aquarium suite à un mauvais nettoyage.
Attention : ne faites pas bouillir les décors en résine ! Un simple rinçage à l’eau claire du robinet suffira amplement.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Mise en place
[/list]
[/list]
Faites-vous plaisir ! 
Astuce : voici tout de même quelques conseils très prisés des aquascapers professionnels qui pourront toujours vous être utile :

  • essayez de masquer les éléments techniques qui ne seront pas masqués par la végétation avec des pierres et des racines;
  • éviter de positionner un point de fuite au milieu de l’aquarium. Vous pourrez utiliser la règle des tiers ou celle du nombre d’or, toutes les deux utilisés par de nombreux artistes et aquascapers,
  • placez les éléments les plus grands derrière, et les plus petits devant. Ainsi cela permettra une observation d’autant plus agréable et fascinante;
  • n’hésitez pas à prendre des photos lorsque vous concevez votre décor : vous vous apercevrez plus facilement de certains détails;
  • si vous avez un doute sur votre décoration, ne cherchez pas : c’est que ça n’est pas le bon;
  • n’hésitez pas à prendre le temps qu’il faut pour concevoir votre décoration (hardscape) : les grands aquascapers mettent parfois plusieurs mois !;
  • si votre aquarium est particulièrement petit, faites votre décor une première fois à l’extérieur. Cela permettra d’éviter de rayer les vitres. Une fois le décor officialisé, vous pourrez alors le reconstituer simplement grâce aux photographies que vous avez prises.


[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Plantes
[/list]
Plusieurs solutions existent pour planter son aquarium. Si vous partez sur un projet met en jeu une très grande quantité de plantes gazonnantes (au moins ⅔ de la surface de l’aquarium), une plantation en DSM “Dry Start Method”; départ à sec, sera préférable : remplissez légèrement l’aquarium sans que le sol soit complètement immergé. Couvrez-le avec du cellophane, tout en laissant un léger passage pour l’air, puis humidifiez régulièrement à l’aide d’un vaporisateur (n’ayant jamais servi pour des détergents) tous les jours. L’inconvénient de cette méthode et qu’elle retarde la mise en eau de 6 à 12 semaines mnimum. Plus d’information dans cet article de vinsf31. Ainsi, les gazonnantes pousseront plus vite et s'enracineront mieux. Vous pourrez alors mettre en eau l’aquarium dès que vous serez satisfait de la pousse de vos gazonnantes. Cependant, il est rare, lorsqu’on débute, de commencer avec autant de gazonnantes. La plantation devra donc être effectuée le jour de la mise en eau. Deux possibilités existent : la première consiste à planter à sec, c’est-à-dire avant même de remplir l’aquarium. La seconde, elle, est une plantation semi-immergé : remplissez l’aquarium à moitié, puis plantez. Il n’y a aucun intérêt à choisir l’une où l’autre, ce n’est qu’une question de simplicité. Certains s’y retrouvent mieux avec une plantation semi-immergé, d’autres, et c’est mon cas, trouvent cela plus pratique de planter à sec car les plantes ne remontent pas en permanence et on voit mieux ce que l’on fait.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Préparation
[/list]
[/list]
Outre le niveau d’eau de l’aquarium, il faudra également préparer les plantes. Commercialement, il existe deux types de plantes, qui ne devront pas être préparés de la même façon :

  • les plantes en culture in-vitro : elles sont cultivées en laboratoire, ce qui permet ainsi de garantir l’absence d’indésirables. Ce format existe principalement pour les plantes gazonnantes;
  • les plantes en pot. Il s’agit de plantes cultivées simplement en bassin.

Retirez le pot et rincez le gel qui entour les plantes in-vitro. Enlevez le pot noir des plantes en pot, puis retirez un maximum de laine de roche.
Enfin, la préparation dépendra de la catégorie de plantes. Coupez les gazonnantes en plein de petites pousses, des petits carrés d’un centimètre sur un centimètre. Laissez les plantes en rosette (feuilles organisées autour d’un seul et unique bulbe) sans couper les feuilles, puis sectionnez les derniers centimètres de leur racines racines. Quant aux caulescentes (plantes à tige autour desquelles se développent les feuilles), elles sont souvent plusieurs dans un même pot. Séparez-les par pousse puis coupez l’extrémité de leurs racines. Pour le moment, laissez les flottantes, les hépatiques (mousses) ainsi que les épiphytes de côté. 
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]
Disposition
[/list]
[/list]
Comme pour la décoration, organisez les plantes selon leur taille moyenne. Les plantes les plus grandes seront placé derrière, les plus petites à l’avant, et les plantes de taille moyenne seront plantées au plan médian.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]
Comment les planter
[/list]
[/list]
C’est à ce moment là que votre pince en acier inoxydable va se rendre utile. N’ayez pas peur d’enfoncer les pousses profondément, elles ressortiront rapidement. N’oubliez pas régulièrement de les humidifier à l’aide d’un vaporisateur neuf, ou bien n’ayant jamais servi pour la vaporisation de produits toxiques. Plantez les petits carrés de plantes gazonnantes en quinconce, avec environ 1 cm de distance entre chaque pousse. Dans un mois, elles formeront un joli petit tapis ! Les rosettes seront simplement plantées. Enfin, organisez la plantation des caulescentes selon le rendu que vous souhaitez obtenir. Si vous souhaitez obtenir un buisson, plantez-les par deux ou trois pousses, assez proches les unes des autres. Si vous souhaitez simplement qu’elles forment un fond, espacez-les davantage, puis plantez-les par une ou deux.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]
Comment les accrocher
[/list]
[/list]
Les hépatiques et les épiphytes seront fixées à des pierres ou des racines, à l’aide de fil type couture ou nylon, ou bien grâce à de la colle spécifique (silicone, cyanoacrylate en gel) vendue dans le commerce aquariophile. Si la configuration de la pierre ou de la racine le permet, on pourra même simplement coincer la plante dans des aspérités sans ajouter quoique ce soit. D’ici quelques mois, lorsqu’elles se seront bien accrochées sur leur support, vous pourrez retirer les fils de couture. La colle qui paraît blanche au départ perd de sa coloration au fil des semaines.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Eau
[/list]
Après tout, de l’eau, c’est de l’eau ? Hé bah non. Selon les différents types d’eau, les paramètres ne seront pas les mêmes. C’est exactement la même chose que pour les jus de fruits : même si ça reste du jus, selon le fruit, le goût, l’acidité, etc. seront différents.
Mais comment savoir quelle eau utiliser ? La (ou les) espèce(s) que vous avez choisies avant la mise en eau ont des plages de paramètres qui leur sont propre. Cependant, elles devront avoir, pour chaque grandeur, une intersection en commun. Choisissez donc une valeur de pH, de GH et de température qui convient aux plages indiquées pour chaque espèce. Ces paramètres caractéristiques sont ceux présent sur les fiches d’élevages. Attention, ne visez jamais les extrêmes, essayer d’obtenir une eau qui rentre facilement dans la marge donnée pour l(’)(es) espèce(s) que vous comptez maintenir.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Quel type d’eau ?
[/list]
[/list]
Maintenant que vous avez défini les paramètres de l’eau de votre biotope, il va falloir les obtenir. Mais comment ? Voici les différents types d’eau que vous pourrez utiliser.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Eau de conduite (eau du robinet)
[/list]
[/list]
[/list]
L’eau du robinet est soumise à un contrôle de qualité très stricte, ce qui , pour la plupart des régions garantie une eau potable. Seulement, en fonction des régions, elle n’a pas les mêmes paramètres et elle n’est pas forcément compatible avec les besoins des différents espèces. Pour connaître les paramètres d’eau de votre eau de conduite, rendez-vous sur le site de votre mairie. Ses principaux problèmes sont qu’elle est dure et basique, parfois riches en nitrates, en phosphates et en silicates. De plus, afin d’éviter le développement d’organismes pathogènes dans nos tuyaux, elle est traitée au chlore, dans des quantités infimes mais suffisantes pour perturber le développement des bonnes bactéries qui vont permettre l’épuration de la pollution organique de l’aquarium. C’est pourquoi avant de l’utiliser, il faudra la laisser reposer 24 heures dans un bidon ouvert, ou bien utiliser un conditionneur d’eau et attendre une heure.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Eau en bouteille
[/list]
[/list]
[/list]
Au même titre que l’eau de conduite, ses paramètres diffèrent en fonction du lieu de prélèvement. Les informations principales d’une eau en bouteille (résidus à sec, pH) doivent apparaître sur l’étiquette de la bouteille. Seulement il est plus simple de tester son GH et son KH car les résidus à secs ne sont pas forcément comparables. En règle générale, on pourra faire remarquer que la Mont Roucous est une eau particulièrement douce dont les paramètres s’approchent tout particulièrement de l’eau pure (distillée). Cependant, cette pratique n’est rentable que pour les petits aquariums. Plus d’informations sur les paramètres des eaux en bouteille dans cet article .
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Eau osmosée
[/list]
[/list]
[/list]
L’eau osmosée est une eau qui a été filtrée par un osmoseur : l’osmoseur est un filtre très performant qui est tellement fin qu’à sa sortie, la quasi-totalité des minéraux de l’eau ont disparu. C’est pourquoi on la considère comme pure. Son GH est donc de 0°d et son KH également. Quant à son pH, il reste légèrement acide à cause du dioxyde de carbone présent dans l’air et au KH nul (environ 6).
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]
Eau de pluie
[/list]
[/list]
[/list]
L’eau de pluie est naturellement distillée, et il est possible de la récupérer pour l’aquariophilie. Cependant, il est important de prendre quelques précautions quant à sa récupération :

  • principalement dans les zones fortement polluées (proximité avec les grandes villes, les autoroutes, les usines, etc…) attendez que les 30 premières minutes de l’averse soient passées avant de commencer à récolter l’eau de pluie;
  • n’utilisez pas l’eau qui a glissée sur des toits, gouttières, etc. L’eau récoltée ne doit au préalable être entrée en contact avec aucun matériel;
  • ne laissez pas l’eau à l’extérieur après l’averse : ne laissez pas le temps aux insectes indésirables de venir y pondre.

Ces paramètres sont donc proches de l’eau osmosée (GH et KH de 0°d, pH souvent acide, aux alentours de 6).
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Adoucisseurs d’eau
[/list]
[/list]
[/list]
Les eaux de conduites passées par un adoucisseur d’eau sont impropre à l’usage en aquariophilie. Car si les ions Ca2+ et Mg2+ sont retirés de l’eau, ils sont remplacés par des ions Na+ qui ne doivent pas être présent en quantité importante dans les aquariums d’eau douce. Si votre robinet est directement relié à un adoucisseur, alors tournez la vanne “by-pass” (s’il n’y en a pas, il faudra en installer une) pour fermer le passage de l’eau dans l’adoucisseur puis laissez l’eau couler quelques secondes (ou bien utilisez-là pour le ménage). Ensuite, vous pourrez utiliser l’eau comme une eau de conduite “normale”.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Mélanges
[/list]
[/list]
L’eau osmosée et l’eau de pluie sont trop douces pour la plupart des espèces (à l’exception de certains killies). L’eau en bouteille n’est pas rentable pour les grands aquariums. L’eau de conduite est rarement utilisable seule (il faut qu’elle aie les paramètres idéaux pour le biotope que vous comptez reconstituer). Pour obtenir l’eau qu’il faudra à vos poissons et invertébrés, il va donc souvent falloir “mélanger des eaux” pour obtenir le jus caractéristique du biotope de votre aquarium. Pour ce faire, il existe des calculatrices spécifiques sur Internet . Mais il est aussi possible de faire ça à la main : il suffit de faire la moyenne pondérée des GH (ou des KH) des deux eaux. Exemple avec un aquarium de 100 L. où l’on viendra mettre 40 L. d’eau osmosée à 0°d GH et 60 L. d’eau de conduite à 10°d GH. Le GH de l’eau est alors égal à (40x0+60x10)/100   °d.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Sels minéraux
[/list]
[/list]
Afin d'ajuster les paramètres, il est également possible de n’utiliser que de l’eau osmosée ou bien de l’eau de pluie, et de la reminéraliser ensuite. Choisissez la méthode qui vous convient le mieux. Les sels minéraux adéquats sont vendus en magasin d’aquariophilie ou bien sur Internet et les dosages sont indiquée dessus, en fonction des paramètres de dureté que vous souhaitez obtenir. Il suffit de les ajouter dans l’eau de l’aquarium juste après la mise en eau. La teinte trouble de l’eau disparaît au bout de quelques jours. Quant au pH, il est en règle générale proportionnel à la dureté carbonaté qui est elle-même proportionnelle à la dureté globale. Cela tombe plutôt bien car, en général, cela coïncide avec les besoins des espèces (eaux dures et basiques, eaux douces et acides). Dans les cas où le pH serait encore trop haut, vous pourrez utiliser des feuilles de catappa, des fruits d’aulne ou bien de la tourbe (qui donnera également une teinte brunâtre à l’eau)  pour le baisser. Notez qu’un sol technique aura le même effet. Enfin, pour des cas particuliers de KH supérieur au GH (lacs africains), notez qu’il existe des sels minéraux spécifiques.[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario UFYt9h9k5lEwNoiB_RQSDVG3VjxCG4Jc7PEQd67_YzneYse7E7ik76NDUPFb5tP7TBSz8vEonhNjvb9X-EhPUMO9fKJhU6lNieoLDoiPz87_rIZDCSniu65VBAghLdcQELPdjcbF
Cycle de l’azote et rodage :
Après la mise en eau, les choses ne font que commencer. Il est important de bien les comprendre et de les anticiper intelligemment.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]
Le cycle de l’azote
[/list]
Dès la mise en eau, les bactéries évoquées en “Préparer le projet” 9D (I) (1)” (principalement les Nitrobacter qui décomposent les nitrites en nitrates) vont s’installer dans l’aquarium. Elles sont essentielles car sans elles, la pollution s'accumulerait sous la forme de nitrites, qui sont très dangereux même à faible concentration. Le développement des bactéries Nitrobacter va donc permettre une épuration régulière des nitrites résultant de la décomposition des cellules mortes (feuilles mortes, excréments, restes de nourriture, etc.), sous une forme sans danger pour les poissons à concentration raisonnable : les nitrates.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]
Combien de temps dure le cyclage ?
[/list]
[/list]
Il faut normalement 3 à 5 semaines pour que le cycle de l’azote soit stable dans un aquarium. C’est le temps qu’il faut aux bactéries Bacterium, Microcosus, Bacilium (qui décomposent les cellules mortes en ammonium ou ammoniac), Nitrosomonas (qui transforment l’ammonium ou ammoniac en nitrites) et Nitrobacter (qui transforment les nitrites en nitrates) pour se multiplier suffisamment pour épurer la charge de pollution de l’aquarium. Les bactéries vont se développer par groupe. D’abord ce sont les bactéries Bacterium, Microcosus et Bacilium qui vont commencer à décomposer les premières feuilles mortes en ammonium ou ammoniac. A partir de ce moment là, les Nitrosomonas vont commencer à proliférer pour se nourrir de l’ammonium ou ammoniac et le transformer en nitrites). Cependant avant que la colonie de Nitrosomonas soit suffisamment grande pour épurer la totalité de l’ammonium ou ammoniac en nitrites, l’ammonium ou ammoniac va s’accumuler, et on va donc observer un pic d’ammonium ou ammoniac la première semaine. Une fois qu’elles seront suffisamment nombreuses, l’ammonium ou ammoniac va progressivement être transformé en nitrites et le pic d’ammonium/ammoniac va redescendre progressivement. A partir de ce moment là, les nitrites vont s’accumuler en attendant que les bactéries Nitrobacter soient suffisamment grande pour les épurer de façon régulière. On va donc observer un pic de nitrites entre la deuxième et la quatrième semaine. Une fois que les Nitrobacter seront suffisamment nombreuses, le pic de nitrites va descendre progressivement jusqu’à atteindre une concentration inférieure au seuil de détection. Et c’est à partir de ce moment là que l’aquarium sera considéré comme cyclé. Dès lors, une charge de pollution raisonnable, adaptée à la taille des colonies de bactéries, pourra être décomposée progressivement sans risques d’accumulation de composés dangereux comme l’ammonium, l’ammoniac ou les nitrites. Et c’est à partir de ce moment, et pas avant, qu’on pourra commencer à introduire les premiers poissons.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Peut-on l'accélérer ?
[/list]
[/list]
En introduisant une souche des bactéries nécessaires dès la mise en eau de l’aquarium, il est possible de raccourcir ce délais afin de le transformer en une période plus courte. Notez cependant qu’il n’est pas toujours bon d’essayer de faire les choses contre-nature et qu’il peut être formateur, dans une discipline ou la patience fait la force, de s’habituer à attendre que la nature face les choses comme il se doit. Accélérer son cycle de l’azote est une pratique que vous devriez utiliser uniquement pour des situations d’urgence (exemple : lancement d’un aquarium d’élevage suite à une reproduction).
Pendant cette période de cyclage, il n’est pas rare d’observer l’apparition d’escargots, de petits vers blancs très fins, de petits insectes… Tant qu’il ne s’agit pas de larves de demoiselles, libellules, dytiques ou d’hydres, rassurez-vous : il s’agit d’espèces inoffensives pour les poissons, et qui disparaissent bien souvent assez rapidement.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Bactéries du commerce
[/list]
[/list]
[/list]
Dans le commerce, on peut voir différentes gammes de produits censés accélérer le développement des bactéries. Selon les marques, l’efficacité n’est pas la même. On pourra faire remarquer en règle générale que les bactéries JBL Denitrol ne sont pas très efficaces, contrairement aux bactéries Prodibio ou Bacnet. Cependant n’oubliez pas qu’il suffit d’un défaut de conservation pour que l’efficacité de ce genre de produit soit réduit à néant. De plus, on ne sait jamais si cela va marcher car,en plus de la marque, n’oubliez pas que chaque aquarium est différent et que l’efficacité ne sera pas la même. C’est pourquoi il est mieux de rester patient et de laisser la nature faire.[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario DUN_wCQEBfR7ABfhAtMtuslGTwvwenX5eTlUDNbUTZylisw-7dXIMS_HFaj3ql8sFUM0DPypG5wqIbvg9Sx336hlYSnAxneulItm6q-blhPJ7m_8Dq2PgD2u-JK_CkcDX1FgNN_j
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Autres méthodes
[/list]
[/list]
[/list]
D’autres méthodes existent pour raccourcir la mise en route du cycle de l’azote. Une technique bien connue consiste à utiliser des masses filtrantes déjà cyclées, en provenance d’un autre aquarium. Cette technique est beaucoup moins risquée. Cependant, en fonction de la population, du volume, etc., des deux aquariums, le nombre de bactéries nécessaires à l’épuration des composés organiques n’est pas le même. C’est pourquoi à titre de précaution, on attendra toujours une semaine entre l’introduction des bactéries et l’introduction des premiers poissons, afin de laisser le temps à la population de bactéries d’adapter leur nombre à leur nouvel aquarium.
Il est aussi possible d’utiliser de l’eau en provenance d’un autre aquarium. Le problème de cette alternative est que l’eau d’un aquarium contient beaucoup moins de bactéries que le substrat ou que le filtre. C’est pourquoi lorsqu’on sera contraint d’accélérer son cycle de l’azote, on utilisera plutôt la méthode précédente.
Enfin, on peut mixer ces techniques et réutiliser à la fois les masses filtrantes, une partie du substrat et 50 % de l’eau d’un aquarium âgé d’au moins 6 mois. Ainsi, il suffira seulement d’une heure pour cycler l’aquarium.
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Différence entre cyclage et rodage
[/list]
Suite à ce mois de cyclage, le rodage, lui, n’est pas terminé. Contrairement au cyclage, le rodage est une période plus longue, d’environ 6 mois. C’est la période pendant laquelle l’équilibre du bac est encore très fragile. C’est la période pendant laquelle la nature va s’approprier la totalité de l’aquarium. Des algues vont se développer, car les plantes ne seront pas encore bien acclimatées. Un biofilm bactérien et végétal va se développer sur les décors et les vitres. Ce qu’il faut savoir, c’est que pendant cette période, le biotope sera encore fragile, la moindre erreur de dosage d’engrais pourra engendrer des proliférations d’algues. Une absence d’entretien se fera également ressentir. Enfin, avant la fin de ces six mois de rodage, les espèces alguivores (Macrotocinclus affinis, Neritina sp., Clithon sp., etc.) ne trouveront pas assez de nourriture. C’est pourquoi on attendra toujours six mois après la mise en eau avant d’introduire ces espèces.
Introduction de la population

Le bac est cyclé, le pic de nitrites est passé et vous avez laissé passé une semaine supplémentaire par précaution.
Il est maintenant tant d’introduire les premier habitants

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Espacer les introductions
[/list]
Il faut d’abord savoir que malgré qu’il soit cyclé, l’aquarium n’est pas prêt à accueillir toute la population : en effet, la colonie bactérienne actuelle suffit seulement à absorber la pollution produite naturellement par le bac “vide”. Si une pollution trop importante survient, elle ne sera pas assez développée pour l’assimiler et un nouveau pic de nitrites pourrait apparaître. Il est donc important d’introduire les habitants, peut à la fois, en espaçant les achats d’au moins une petite semaine, pour que la colonie de bactéries puisse s’adapter à la nouvelle quantité de pollution. 

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Dans quel ordre
[/list]

Il arrive parfois que l’ordre dans lequel on introduit les espèces favorise les chances que la cohabitation se passe correctement.
Première chose : les crevettes, si elles sont prévues doivent être introduites si possible en premier dans l’aquarium. Mais comme leur maintiens nécessite un bac avec au moins 2 mois de rodage, leur maintiens retarde l’introduction de la population (voir l’annexe sur la création d’un bac à crevettes.
Viennent ensuite les espèces de banc et les poissons de fond. Si deux espèces de banc sont prévues et que l’une d’entre elle a une réputation plus sulfureuse, elle sera la deuxième à être introduite.
Toutes ces précautions permettent aux espèces plus craintives de s’habituer au bac et de prendre ses marques avant qu’une espèce un peu plus belliqueuse ne se taille la meilleur part du gâteau. Mais elles ne sont pas obligatoires. Par contre, la recommandation qui suit, si elle n’est pas respectée, causera certainement des conflits dont l’issue peut s’avérer parfois dramatique.
Les espèces territoriales, doivent impérativement être les dernières à emménager. Sans ça, elles se tailleront leur territoire dans un aquarium sans cohabitation, et ne tolérerons aucune incursion de quelque espèce que ce soit.
La cohabitation de deux espèces territoriales nécessite un aménagement spécifique d’un bac (différent en fonction des espèces) d’un volume suffisant et les deux espèces doivent être introduites au même moment.

Astuce : il est parfois possible de “réinitialiser” un territoire en déplaçant les éléments de décors et réaménageant le bac. Cette technique ne garantit pas un succès mais peut être utile si on souhaite compléter un banc ou introduire une nouvelle espèce dans un aquarium accueillant déjà une espèce territoriale.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Où se fournir ?
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Grandes enseignes et Magasin de proximité
[/list]

[/list]
Les grandes enseignes ou les petite boutiques d’aquariophilie proposent un large choix d’espèces et de morphes...tant qu’on reste dans des espèces populaires. Il est rare qu’un magasin présente spontanément une espèce un peu atypique et c’est logique : son but est que le poisson, ou l’invertébré soit vendu le plus rapidement possible. Cependant, les enseignes ont facilement accès au catalogue plus large de leurs fournisseurs qui change chaque semaine. Donc si vous souhaitez vous procurer vos poissons dans ce type d’enseignes et que l’espèce ou la morphe que vous recherchez n’est pas présentée, n’hésitez pas à demander à un conseiller si il a la possibilité de se le procurer.
Cependant, ce type d’enseignes a un gros défaut : les poissons qu’ils exposent viennent de grossistes qui les exportent de fermes d’élevage intensives partout dans le monde. Ces fermes sont rarement respectueuses du bien être animal et le taux de mortalité entre la ferme et le magasin est énorme, sans compter les individus qui meurent dans le magasin à cause du contrecoup du voyage, de la surpopulation des bacs de présentation ou d’une mauvaise maintenance. Ca donne des poissons fragiles, et à la génétique parfois incertaine : l’espèce n’est pas toujours clairement identifiée et les hybridations entre espèces proches ne sont pas rares.
De plus il n’est pas rare, pour les poissons issus de sélection, que les femelles soient déjà fécondées lors de l’achat sans qu’on connaisse les gènes du mâle reproducteur.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]VPC
[/list]
[/list]
Les sites de VPC ont souvent les mêmes fournisseurs que les magasins spécialisés. Ajoutez à ça le risque supplémentaire dû à l’envoie, et l’impossibilité de pouvoir choisir les spécimens.
Il faut donc dans la mesure du possible éviter de se fournir en vivant via les sites de VPC, même si certains proposent des colis soignés. Ce qui incite souvent à utiliser ce type de circuit de distribution, c’est l’incapacité de trouver l’espèce recherchée autrement.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Particuliers
[/list]
[/list]
Il est aujourd’hui de plus en plus courant d’acheter ses poissons à des particuliers grâce aux sites de petites annonces (spécialisés ou non). Grâce à ça, plus besoin de se rapprocher des clubs d’aquario ou d’avoir des contacts dans le lobby, c’est un bon moyen d’acquérir ses premiers compagnons à moindre coût. De plus, c’est aussi l’occasion d’échanger avec l’éleveur et de prendre des informations pour s’occuper au mieux de l’espèce en question auprès d’une personne qui la maintien et la reproduit plutôt qu’un conseiller qui n’a parfois que des connaissances générales sur l’espèce.
Le fait d’acquérir les poissons chez un éleveur qui les connaît et sait comment les reproduire n’empêche pas de se renseigner en amont car les abus este courants, même par ce biais.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Bourses/Clubs
[/list]
[/list]
Tous les ans, certains clubs d’aquariophilie organisent un événement, souvent à la même période, pour réunir la communauté de la région. C’est l’occasion pour les éleveurs amateurs de proposer leur reproduction, et pour les passionnés de se procurer un peu de matériel, mais surtout plantes et vivant de qualité à moindre coût. Cependant, ces dernières années, une partie des exposants se sont professionnalisés dans certaines régions et proposent à la vente des surplus issus de grossistes en aquariophilie (cf a) Grandes enseignes et Magasin de proximité). Il est donc important de rester vigilant et de, si possible bien discuter avec l’exposant avant de réaliser un achat.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Comment les choisir ?
[/list]
Lorsque vous faites l’acquisition d’un être vivant, il faut vous assurer qu’il est en bonne santé. N’étant pas vétérinaire (si vous l’êtes félicitation à vous pour ce beau métier), vous ne pouvez que supposer que c’est le cas, en vous basant sur certains critères observables :

  • L’attitude du poisson ne doit pas être suspecte : il ne doit pas être apathique, si c’est une espèce de banc, il ne doit pas être isolé. La nage doit être fluide, il ne doit pas flotter sur le dos, ou être prostré dans un coin alors eu les autres de ‘espèces se baladent eau libre
  • Les poissons dans le bac ne doivent pas présenter, de points, mycoses, plaies,... Si un seul poisson de la batterie présente un signe d’affection, mieux vaut, dans le doute, reporter l’acquisition, même si il s’agit d’une autre espèce.

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario I-2_hc3LTCjaliVfAo29iTDlvxZtUDgUOkKyePTxe1_dnqYZxGogsokVMKN45GaJ6tfBG3ZTEkADkzmId08QHKmXYYarL-xeMl3oCmHVF6OqLGWhVnjKHOiiL8BDAKf0QkOpQUO2
Brachigobius Xanthozonus présentant un affection dite “des points blancs. Photo By Kracmak


  • Les nageoires et voiles doivent être intactes, les yeux ne doivent pas présenter un voile. Il ne doit pas présenter de déformation (les scolioses sont courantes dans les élevages intensifs), le ventre ne doit pas être creusé, et au contraire, doit être bien bombé pour certaines femelles.
  • Observez les branchies des individus : elles doivent être roses. Si elles sont fushias ou rouges, ça peut être le signe d’un empoisonnement aux nitrites et ses jours sont alors comptés. Vérifiez aussi qu’aucun filament n’est visible sur les bords des branchies qui peuvent être des parasites qui s’attaquent aux branchies et passent très facilement d’un individu à l’autre.
  • Si il s’agit de poissons aux couleurs flamboyantes, le fait que le poisson soit terne n’est pas forcément un critère de mauvaise santé. Le stress ou une eau un peu trop froide peut aussi en être responsable mais dans ce cas, il reprendra ses couleurs au bout de quelques jours dans de bonnes conditions.


[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Acclimatation
[/list]
Une fois rentré chez vous, il est important de ne pas directement placer le poisson ou le crustacé dans l’aquarium et de lui faire subir une acclimatation. Le but de cette acclimatation est d'habituer votre ou vos nouveaux compagnons aux paramètres de votre aquarium. Il existe plusieurs moyens d’acclimater un poisson :

  • Vous pouvez placer directement le sac fermé à flotter dans l’aquarium. Au bout d’un quart d’heure (le temps que la température à l’intérieur du sac soit la même que celle de l’aquarium), vous percez le sac sous la ligne d’eau pour que les deux eaux se mélangent et au bout d’un dizaines de minutes supplémentaires, vous pouvez libérer les petits habitants. Cette méthode, bien que simple, ne peut se faire que si vous avez absolument confiance en la qualité de l’eau de l’aquarium d’où provient les poissons. En effet, vous allez mélanger un quantité importante d’eau (celle contenue dans le sac) avec l’eau de votre aquarium. Donc si l’eau du sac contient des spores d’une maladie, un parasite ou un produit toxique, il vas se répandre dans votre aquarium.
  • Vous pouvez placer le sac ouvert à flotter dans l’aquarium (sans que l’eau puisse se déverser) et, à intervalle régulier transvaser un peu d’eau de l’aquarium dans le sac. Lorsque le volume dans le sac est 3 à 4 fois supérieur au volume de départ, il vous suffit de pêcher vos poissons avec une épuisette et de les intégrer à l’aquarium. Vous pouvez ensuite jeter l’eau du sac dans l’évier (ou mieux, dans le pot d’une plante). il sera peut être nécessaire de retirer une partie de l’eau du sac au départ, si la quantité est trop importante : pas d’inquiétude, tant qu’il y a suffisamment d’eau et de place pour que le poissons soit totalement immergé et puisse se retourner dans le sac, la situation ne durera pas.
  • Vous pouvez réaliser l’acclimatation en dehors de l’aquarium dans une bassine. Même principe que pour la méthode précédente, vous incorporez un peu d’eau à intervalle régulière et vous transférez le poisson lorsque vous avez 5 fois le volume de départ. Cette méthode est possible si la température de l’aquarium est proche de celle de la pièce, pour en pas provoquer un choc thermique à votre animal. lors du transfert final
  • Vous pouvez réaliser un système de goutte à goutte comme détaillé juste après.

Pour les invertébrés, bien plus sensibles aux variations de paramètres, il n’existe à ma connaissance qu’un seul moyen de faire une acclimatation correcte et ça passe par un goutte à goutte sur plusieurs heures.

Pour réaliser ça, le matériel minimum est, une bassine, deux pinces à linge et un tuyau de petit calibre (type tuyau pour pompe à air).
Placez vos invertébrés dans la bassine avec juste assez d’eau pour qu’ils y soient complètement immergés (n’hésitez pas à leur fournir un support pour s’accrocher) et placez la bassine, près de l’aquarium à une hauteur plus basse que l’aquarium. Prenez le tuyau à air et faites y un premier noeud que vous serrez raisonnablement. Faite ensuite un deuxième noeud, plus lâche. Placez une extrémité du tuyau dans l’aquarium et fixez le en place avec une des pinces à linge, sans que le tuyau ne soit coudé. Il vas falloir maintenant que vous preniez sur vous et que vous aspiriez l’air dans le tuyau par l’autre côté pour créer un effet de siphon. Lorsque l’eau est suffisamment avancée dans le tuyau, placez l’autre extrémité dans la bassine et fixez le au bord de la bassine avec la deuxième pince à linge. Il faut maintenant que vous serriez plus ou moins fort le deuxième noeud fait sur le tuyau pour régler le débit d’eau jusqu’à avoir un débit d’environ une goutte par secondes. Lorsque cette étape est faite, il ne vous reste plus qu’à attendre (plusieurs heures) en vérifiant de temps en temps jusqu’à ce que le volume initial d’eau dans la bassine ait été multiplié par 5 au moins. Si vous avez sous la main un conductimètre, et que votre aquarium est sur sol technique, il est possible d’avoir une idée de l’évolution de l’acclimatation en mesurant et comparant les deux conductivité : celle de l’aquarium et celle de la bassine. Lorsque l’acclimatation est terminée, péchez vos invertébrés à l’aide d’une épuisette et ne remettez pas l’eau de la bassine dans l’aquarium.
Si les invertébrés d’eau douce vous branchent, et que vous avez pour projet d’accueillir pas mal d’espèces, il pourrait être intéressant d’investir dans un robinet pour pompe à air et des ventouse destinés à fixer les tuyaux aux vitres pour vous faciliter la vie.

Astuce : pour un système de goutte à goutte peu, onéreux, vous pouvez vous servir de systèmes de perfusions (à condition d’y avoir accès) en y récupérant uniquement le tuyau et la partie faire pour réguler le débit. Si vous décidez d’utiliser un système usagé, prenez en un ayant servi avec du sérum salé et rincez le bien, pour éviter que vos invertébrés se retrouvent au contact de produits chimiques divers (les mettre en présence de baryum ou d’iode ne les rendra pas fluorescents) 

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Quarantaine
[/list]
Lorsque vous ajouter de nouveaux individus à votre liste de maintenance, c’est toujours plus sympas si il n’amène pas avec lui des passagers clandestins : virus, microbes ou parasites en tout genre. Il peut donc être intéressant de leurs faire subir une quarantaine, surtout si vous avez un doute sur l’hygiène là où ils étaient maintenu. 
Facile à dire ! Quand on débute, il est rare d’avoir des aquariums, déjà cyclés de disponibles. Tout d’abord, il faut savoir qu’il n’est nécessaire d’effectuer une quarantaine que si vous intégrez un poisson ou un invertébré dans un aquarium qui en accueille déjà ! En effet, la plupart des affections qui touchent les poissons ne sont pas transmissibles aux invertébrés et inversement.
Ensuite, cette quarantaine n’a souvent pas besoin de durer plus d’une semaine à 10 jours et ne doit pas nécessairement être réalisée dans un aquarium avec filtre, plantes etc. Donc il vous suffit de remplir un récipient transparent (pour pouvoir observer les individus) d’au moins une dizaine de litres (voir plus en fonction des espèces) avec de l’eau de l’aquarium qui doit finalement accueillir le poisson. Ajoutez quelques cachettes et éventuellement, quelques plantes qui flottent, une petite lumière de bureau et un chauffage si nécessaire. il vous suffira ensuite de retirer 50% de l’eau tous les 2 jours et de la remplacer par de l’eau de l’aquarium. Pensez au couvercle si l’espèce en nécessite un. Bien sur, l’eau usagée ne doit pas être remise dans l’aquarium.
NB : Si vous achetez des poissons dans une grande enseigne, ils auront subis une “quarantaine” d’1 ou 2 jours, ce qui ne les empêche pas d’avoir régulièrement des affections dans leurs batteries. N’hésitez pas à réaliser votre propre quarantaine.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Interactions
[/list]
Une fois les différentes espèces intégrées à l’aquarium, la hiérarchie doit se mettre en place entre les espèces, mais aussi parfois entre les individus d’une même espèce. Il peut arriver que toutes les espèces de votre aquarium vivent leur vie sans prendre en compte les autres espèces présentes, mais il arrive aussi que les interactions soient fréquentes.
Donc pas d’inquiétudes si vous observez des courses poursuites dans les premiers temps, en attendant que tout le monde trouve sa place. Tant qu’il n’y a pas de plaies ou de nageoires abimées, ça reste acceptable.
Mise en contact : Pour des espèces agressives, mieux vaut faire les présentation en limitant les contacts. Pour cela, il est possible de placer le nouvel individu dans un pondoir, dans l’aquarium et de l’y laisser quelques jours pour que le ou les individus déjà présents s’y habituent.
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mar 29 Oct 2019 - 14:17
J'ai terminé la partie sur l'alimentation : vaste sujet que je n'ai fait que survoler. il serait peut être intéressant de lui dédier un article un de ces jours.

je ne suis pas vraiment satisfait du résultat et j'ai surement oublié de donner plein d'informations donc si vous voyez des choses à modifier ou à ajouter...


Et maintenant !
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Maintenance au quotidien
[/list]
Une fois l’aquarium cyclé, rodé et peuplé, il reste des tâches auxquels l’aquariophile doit se plier quotidiennement :

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Nourrissage
[/list]
[/list]
Il a lieu tous les jours ou tous les deux jours en fonction du mode de fonctionnement. 
Il est important, quelque soit l’espèce de varier les formes de nourritures pour des poissons en meilleurs santé.
Pour sélectionner la bonne nourriture, il est important de connaître le régime alimentaire des espèces qu’on maintient : souvent, les espèces évoluant à la surface seront carnivore à tendance insectivores. donc inutile de leurs proposer des légumes.
Par contre, toutes les espèces, même celles à tendance alguivores sont des opportunistes qui sauteront sur la moindre occasion d’agrémenter leur régimes avec un peu de protéines en les prélevant par exemple sur un crustacé qui passerait par là, un ver qui sort la tête du sol ou le cadavre d’un congénère.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Nourriture sèche
[/list]
[/list]
[/list]
La nourriture la plus simple à se procurer et à conserver : ça regroupe toutes les paillettes, granulés, tablettes,sticks, lollies, etc… La plupart du temps, ces nourriture sont issues du commerce mais il est possible de la réaliser soit même et de nombreuses recette existent sur le net.
Il en existe dans le commerce de nombreux types différents qui permettent de subvenirs aux différents régimes alimentaires avec parfois des aliments destinés à une espèce en particulier (carpe, discus, guppys,etc…). Ca consiste souvent à combiner protéines animales et végétaux dans des proportions adéquates adaptés à l’espèce en question.

Attention cependant, certaines souches ou espèces auront besoin d’un temps d’adaptation pour accepter ce type de nourriture et d’autres ne l’accepteront jamais, même après un temps d’adaptation.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Nourriture congelée
[/list]
[/list]
[/list]
Il s’agit de nourriture non transformée qui a été congelée et souvent conditionnée en petites portions pour augmenter son temps de conservation. Il suffit de décongeler la quantité nécessaire, de la rincer pour éliminer les produits liants utilisés durant le conditionnement (qui s’ils sont mis dans l’aquarium, sont très polluants) et de les distribuer aux différentes espèces. Vu leur mode de conditionnement et leur durée de conservation, il est facile de conserver plusieurs types de nourriture congelée pour varier les nourritures distribuées.

Attention à ce que les nourritures soient adaptées à la taille de la bouche des poissons

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Nourriture vivante
[/list]
[/list]
[/list]
C’est le meilleur type de nourriture que vous pouvez proposer à vos petits protégés puisque c’est celui qui se rapproche le plus de leur régime dans le milieu naturel. Même dans ce cas, il reste important de varier l’alimentation.
Il est possible d’acheter de tels nourritures en animalerie ou d’aller en récolter en nature à la bonne saison (attention à ce que vous pouvez ramener en plus dans vos épuisettes) mais le plus simple reste de la produire soit même via des oeufs à faire éclore ou un élevage.

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Nourriture fraîche
[/list]
[/list]
[/list]
D’autres types de nourriture naturelles sont possibles, mais ne s’agissant pas de micro-organismes vivants, c’est un peu différent. Il s’agit le plus souvent de légumes pochés, de feuilles fraîches ou séchées, de graines, fruits, etc…
Dans ce cas, privilégier les produits bio ou les lieux de récoltes loins des routes ou des autres sources de pollution. Par sécurité, mieux vaut bien rincer les produits et enlever la peau des fruits ou des légumes pour introduire le moins de polluants possibles dans l’eau (les invertébrés d’eau douce sont particulièrement sensibles à la plupart des insecticides)

[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Quantité et fréquence
[/list]
[/list]
[/list]
L’excédent de nourriture est certainement une des principales sources d’échec lorsqu’on débute l’aquariophilie. Pour ne pas trop nourrir ses habitants, mieux vaut leurs donner des petites quantités plusieurs fois par jours qu’un grosse quantité tous les deux jours. 
Il y a une règle simple qui est souvent données lorsqu’on débute : la nourriture distribuée doit être consommée par les poissons dans les 30 secondes. Les exceptions sont les pastilles de fond, les nourritures fraîches types feuilles, légumes, les nourritures pour crevettes, etc…
En suivant cette règle, il est possible de donner à manger plusieurs fois par jours à partir du moment où rien ne reste, passé les 30 premières secondes.

A force d’habitude, on finit par connaître la dose adéquate et on limite la pollution résiduelle dans l’aquarium.

Certains éleveurs pratiquent un jour de jeûne hebdomadaire  et estiment avoir de plus beaux poissons en meilleur santé grâce à cela.

Attention : il n’est pas nécessaire de “gaver” des poissons avant de partir en vacances : La plupart des espèces, une fois adultes, peuvent subir un jeûne entre dix jours et deux semaines en fonction des espèces et il y a moins de risque qu’apparaisse un excédent de pollution dû au gavage alors que vous n’êtes pas là pour le gérer. pour les même raisons, mieux vaut éviter les blocs vacances vendus dans le commerce


[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[list=margin-top:0;margin-bottom:0;]
[*]Cas particulier des espèces alguivores
[/list]
[/list]
[/list]
Les espèces principalement alguivores trouvent une partie de leur alimentation naturellement produite dans un aquarium bien rodé. il arrive parfois que la quantité d’algues produites  suffisent à alimenter un petit groupe de crevettes ou d'otocinclus et que ces espèces deviennent auto-suffisantes concernant leur alimentation en trouvant un apport en protéines dans la micro faune ou les restes de nourriture non consommées par les autres espèces présentes dans le bac. Dans ce cas, un apport en nourriture supplémentaire (spiruline, pastilles pour poissons de fond, etc…) ne ferait que créer de la pollution dans l’aquarium. Dans le cas où on utiliserait ce type de nourriture, il est important d’observer si les individus concernés s’y intéressent rapidement après l’introduction et, si ce n’est pas le cas, d’espacer le prochain nourrissage.

Attention  : Il est d’autant plus important d’être vigilant concernant l’excédent de nourriture si on maintien des crevettes type caridinas ou neocaridinas car ces espèces ont la fâcheuse habitude de continuer à se nourrir tant qu’il y a de la nourriture disponible, quitte à en mourir.
avatar
Ccil
Membre : Actif
Membre : Actif
Féminin Messages : 346
Remerciements : 8
Date d'inscription : 19/02/2019
Age : 42
Localisation : Le Plessis Robinson

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mar 29 Oct 2019 - 19:14
Bonjour!
Quel travail!
Je n'avais pas encore regardé ce post que je découvre, et j'en ai lut quelques parties...
En tant que débutante, la lecture de ces articles peut me faire un bon résumé de ce que j'apprend sur ce forum et en regardant les sites et vidéos sur internet. 
Je peux vous faire une petite critique? En lisant le premier article, je me suis demandée comment a été choisis l'ordre dans lequel sont présentés les différents types d'aquarium? Lorsque l'on débute, on cherche à avoir déjà une idée de ce qui est le plus simple, et puis on ouvre vers des choses plus sophistiquées, et sauf si je me trompe, le Walstad, biotope ou spécifique ne sont pas plus simple que le communautaire, au contraire? 
Merci!
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mer 30 Oct 2019 - 9:03
Merci Ccil.

Si tu ne vois pas certains conseils ou certaines astuces qui t'ont été utiles n'hésite pas à le dire, que je puisse le rajouter

L'ordre des types d'aquariums s'est fait plutôt instinctivement :

Je voulais mettre en avant les low techs qui sont a part et font souvent peur aux débutants : peut être que je devrais l'appeler low tech plutôt qu'aquarium naturel vu que c'est le terme qu'on utilise le plus souvent ?
Et l'aquascape en dernier qui, selon moi, n'est pas le plus adapté lorsqu'on débute.

Pour les autres, j'ai mis le spécifique en deuxième car c'est le plus simple (une seule espèce donc pas besoin de trouver des paramètres qui plaisent à tous) et le biotope car c'est la suite logique au spécifique dans ma tête mais je peux changer si tu trouve ça déroutant.
avatar
Ccil
Membre : Actif
Membre : Actif
Féminin Messages : 346
Remerciements : 8
Date d'inscription : 19/02/2019
Age : 42
Localisation : Le Plessis Robinson

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mer 30 Oct 2019 - 13:17
Bonjour, alors je continue de lire et me permet mes remarques, si cela peu aider!
Je lis: "C’est la raison pour laquelle un filtre ne doit jamais être éteint plus de quelques minutes, pour ne pas détruire la colonie de bactéries mise en place."
cette phrase, est source de panique du coup! "Quelques minutes" c'est flou: pour moi, c'est entre 3 et 5 minutes, ce qui ne me laisse pas le temps de siphonner, jardiner, nettoyer les vitres et remettre de l'eau! Je ne pense pas détruire mes bactéries à chaque entretien, sinon, j'aurais eu des soucis, mais maintenant je vais être en mode "top chrono"!!… Sauf si vous me dites que pour vous, "quelques minutes" c'est 10 à 15!
Merci!
Kracmak
Kracmak
Modérateur
Modérateur
Masculin Messages : 5231
Remerciements : 1015
Date d'inscription : 17/01/2019
Age : 29
Localisation : Ile de France
https://www.aquariophiliefacile.com

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mer 30 Oct 2019 - 13:21
Réputation du message : 100% (1 vote)
Je n'ai pas de valeur exacte à donner donc je suis obligé de rester vague, d'autant que la durée maximum peut varier d'un aquarium à l'autre, et donc je préfère garder une marge pour ce genre d'affirmation : dans le cas précis, quelques minutes signifie "moins d'une heure".
Je vais modifier le texte pour que la confusion soit moindre.
avatar
Ccil
Membre : Actif
Membre : Actif
Féminin Messages : 346
Remerciements : 8
Date d'inscription : 19/02/2019
Age : 42
Localisation : Le Plessis Robinson

[PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario Empty Re: [PROJET] Besoin d'aide en vue de la péparation d'un article sur "comment bien débute en aquario

le Mer 30 Oct 2019 - 13:40
Me voilà rassurée!!

Cette phrase me semble curieuse… Je pense que c'est une faute de frappe: Contrairement à l’idée reçu, les algues n’amènent pas avec eux des algues : les spores peuvent arriver par d’autres biais, et les plantes ont plutôt un rôle d'entrer en concurrence avec elles

Ce ne serait pas plutôt "les plantes n'amènent pas avec elles les algues"?
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum